Vincent, un Flémallois, se tue devant son entreprise à Engis

La moto, une Triumph, de la victime Vincent Lodomez.
La moto, une Triumph, de la victime Vincent Lodomez. - DR

Juste avant la terrible collision, les deux motards circulaient rue du Parc Industriel à Engis, dans le sens Amay-Engis. Selon les premières constatations effectuées par la police de la zone Meuse Hesbaye, le conducteur du scooter roulait sur la piste cyclable. Il aurait repris la route principale, ce qui aurait surpris le motard qui le suivait au guidon d’une Triumph. Ce dernier aurait alors percuté l’arrière du scooter. Sous le choc, il a chuté avant d’aller percuter la remorque d’un camion qui était stationné sur le côté de la route.

Grièvement blessé, le motard flémallois a été transporté en ambulance à l’hôpital du Bois de l’Abbaye mais, malheureusement, il n’a pas survécu à ses graves blessures. Vincent Lodomez est décédé, peu avant 8h30.

Vincent Lodomez.
Vincent Lodomez. - Instagram

Le conducteur du scooter, un Engissois de 61 ans, a également chuté après avoir été embouti par le motard. Moins grièvement blessé, il a aussi été emmené à l’hôpital du Bois de l’Abbaye à Seraing. Il souffrirait d’une fracture au bras.

Contacté par téléphone, le directeur des ressources humaines de la société Knauf était très touché. « L’accident s’est produit quasiment devant l’entrée de l’entreprise alors qu’il arrivait au travail », confiait-il. « Les premiers soins ont d’ailleurs été posés par les membres de la société. La situation a été très difficile à vivre pour l’équipe. Le service « social » de la police a rencontré celles et ceux qui le désiraient.

La personne décédée travaillait chez nous depuis 27 ans. Il était employé au service d’entretien des machines où il avait débuté comme ouvrier avant de devenir l’adjoint du responsable d’un service qui compte 20 personnes. C’était quelqu’un de très disponible et d’extrêmement dévoué. Il avait aussi beaucoup de savoir-faire dans sa discipline. »

260 personnes sont employées par la société Knauf sur le site d’Engis. « Une cagnotte tourne dans l’entreprise et elle sera remise à la famille. Le personnel a été très affecté, très touché par cet accident. L’entreprise n’a pas fermé pour la cause car elle devait continuer à tourner », conclut le directeur des ressources humaines. »

Vincent Lodomez était le papa d’une grande fille qui est, évidemment, inconsolable.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Articles offerts