Baseball: Myriam Alphonse et Luc Lejeune sur tous les fronts chez les Athletics de Mons

Aider, un réflexe naturel pour ce couple.
Aider, un réflexe naturel pour ce couple. - D.R.

Le club de baseball et de softball des Athletics Mons est forcément à l’arrêt en cette période particulière. Installée à Maisières, l’association bénéficie en temps normal du soutien et de l’implication de plusieurs parents. Une maman de l’un des enfants de la section jeunes a par exemple l’habitude d’aider la coach lors des séances d’entraînement chaque mercredi après-midi. Myriam Alphonse et Luc Lejeune sont aussi des bénévoles précieux aux yeux des responsables des Athletics. Le couple a découvert le club via Léa, sa fille aînée. « Elle a commencé le baseball à 13 ans », détaille Myriam Alphonse. « Nous avons été d’ailleurs surpris d’apprendre l’existence d’un club dédié à cette discipline dans la région. L’association se trouvait encore à Frameries à l’époque. Zoé, la sœur de Léa, s’y est mise aussi durant deux années avant de pratiquer le volley. »

Covoiturage et buvette, entre autres activités

Le couple a eu tout de suite le réflexe de se rendre utile auprès du nouveau club de sa fille. « Il est normal en tant que parents de suivre nos enfants. Nous faisons cela en plus de bon cœur car Léa s’y retrouve vraiment avec la pratique du baseball et softball. Elle a aujourd’hui 18 ans mais nous allons quand même continuer à l’accompagner, même si elle devient plus indépendante. Tout cela, nous le faisons notamment en collaboration avec Vincianne et Jimmy, les parents d’Aurélie Decourty, une autre joueuse de l’équipe. »

Myriam Alphonse et Luc Lejeune s’activent sur plusieurs terrains. Ils participent notamment au covoiturage lors des déplacements de l’équipe féminine des Athletics. « Il y a un système de tournante pour la gestion de la buvette, mais il nous arrive de le faire souvent vu que nous sommes régulièrement présents. Nous participons aussi à la remise en ordre du terrain avant que la saison recommence. »

Des anciens de la Palette obourgeoise

Luc Lejeune a en plus sa propre camionnette en tant qu’indépendant. Cet outil a été pour le moins précieux pour l’installation du backstop. « Il s’agit du grand filet qui sert à récupérer les balles du batteur », explique Myriam Alphonse. « Nous avons aidé les joueuses de l’équipe première à replanter les piquets nécessaires à la mise en place du backstop. Mon mari a pu les transporter facilement grâce à son moyen de locomotion. »

Ces deux bénévoles n’en sont pas à leur coup d’essai. Ils avaient déjà consacré beaucoup de leur temps libre au quotidien de la Palette Obourgeoise, le club de tennis de table. « Mon père a fondé cette association. Nous nous y sommes impliqués durant 15 ans. Luc a endossé le rôle de trésorier. J’y ai été pour ma part présidente durant deux années. » C’est sûr, les Athletics tiennent là des bénévoles en or.

Grégory Lefrancq

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Mons (Hainaut)Frameries (Hainaut)Maisières (c.f. Mons)
Aussi en Sport régional