Boxe: doué, Lucantonio Delautre s’entraîne avec Mouhamed Sder à Quaregnon

Lucantonio a déjà une belle assurance.
Lucantonio a déjà une belle assurance. - T.Da.

« À trois ans, j’ai commencé le karaté et je n’ai pas aimé. Puis, j’ai essayé le foot et cela ne m’a pas plu non plus. La boxe, c’est mon sport et je viens à la salle trois fois par semaine. C’est une discipline où il faut beaucoup bouger et assurer ses coups. Il faut aussi savoir faire un peu de cinéma. Je connais tous les Rocky par cœur. J’ai vu chaque épisode une dizaine de fois et cela me fait rêver. Sa préparation, surtout quand il soulève les pierres… Il n’abandonne jamais et en plus, il gagne à la fin. Dès qu’un film a comme sujet la boxe et est diffusé à la télévision, je ne le rate pas ».

Le jeune espoir s’est tout de suite fait remarquer par les entraîneurs du club : « Il a commencé en boxe éducative, mais nous avons vite remarqué qu’il s’y ennuyait. Il a déjà une très belle technique et participe aux séances des plus âgés en prenant un maximum de précautions. C’est ainsi que nous procédons avec les enfants. Certains viennent pour se détendre, mais d’autres se distinguent déjà et ont besoin de séances plus intensives », précise Mouhamed.

Bien entouré

Lucantonio est déjà doué pour le saut à la corde avec une belle coordination : « Je suis la préparation physique, les exercices techniques et les frappes au sac des plus âgés. Je suis un peu leur chouchou et ils me donnent beaucoup de conseils. Mon papa a pratiqué le MMA et m’encourage beaucoup. Nous allons aussi courir pour entretenir la condition ». Il a déjà des points forts. « Esquiver et aller au corps à corps car je suis petit et robuste. J’ai vraiment envie que les compétitions reprennent pour faire mes débuts sur le ring. Ce seront d’abord des combats de démonstration, mais cela permettra de travailler la technique et de prendre un peu d’expérience ».

Lucantonio ne regarde pas trop les combats à la télé mais connaît quelques boxeurs : «  Timour Nikarkhoev, que j’aime bien, mais aussi Meriton Karaxha et Ryad Merry. J’ai pour objectif de devenir champion francophone et de Belgique des jeunes. Je suis décidé à m’entraîner beaucoup pour y arriver. Je me sens très bien à la salle et je n’imagine pas ma vie sans la boxe. Si je peux arriver à un haut niveau, je serai le plus heureux. Mes parents me suivent beaucoup. Mon papa pour l’entraînement et ma maman fait partie des bénévoles qui encadrent le club ». Un jeune à suivre !

Thierry Daussin

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Quaregnon (Hainaut)
Aussi en Sport régional