Donner aussi des perspectives pour le volet «humain»

Donner aussi des perspectives pour le volet «humain»

Le temps de revivre (un peu plus) normalement est arrivé. Sans alarmisme, sans angélisme. Toujours en écoutant les avis et conseils de ceux qui sont à même d’interpréter et d’analyser au mieux la situation sanitaire : les virologues, les infectiologues et autres spécialistes du monde médical. Depuis quelques semaines maintenant, certains responsables politiques tentent non pas de les discréditer, mais de systématiquement les pointer du doigt comme étant catastrophistes, loin de se soucier vraiment du bien-être des gens en étant uniquement focalisés sur leurs courbes et leurs chiffres. C’est bien sûr faux. Cela génère par contre une cacophonie ambiante qui n’a comme résultat que de voir la lassitude des Belges de plus en plus grande et leur adhésion aux mesures de plus en plus faibles.

Or, c’est précisément grâce à la responsabilité de chacun que l’on pourra s’en sortir. Que l’on pourra revivre. Petit à petit, on lâche du lest. Lentement, très lentement. Trop lentement sans doute, alors que certains secteurs agonisent, que la santé mentale des Belges est impactée comme jamais depuis longtemps. Il est désormais certain que les décideurs politiques de ce pays ne pourront faire l’impasse quant à donner des perspectives. Avec une réouverture de la culture, par exemple, dont les protocoles sanitaires sont prêts. Puis, dans la foulée, des restaurants, quitte à ce que les horaires soient plus stricts.

Mais attention toutefois à ne pas omettre le volet « humain », là-derrière. Nous avons, tous, besoin de voir nos proches, nos amis, nos familles. De manière prudente et mesurée. Mais nous en avons besoin. Faire l’impasse là-dessus serait incompréhensible, même si l’on sait que la sphère familiale restreinte est plus propice à la propagation du virus. La population attend prioritairement ce genre de messages, veut savoir aujourd’hui vers quoi on va et à quelle échéance.

Notre sélection vidéo
Aussi en REGION LIEGEOISE