Ski-alpinisme: Maximilien Drion dispute ses premiers mondiaux seniors dès ce mardi

Ski-alpinisme: Maximilien Drion dispute ses premiers mondiaux seniors dès ce mardi

Perdu au milieu de l’immensité des chaînes montagneuses suisses, le Brabançon wallon Maximilien Drion a préparé, skis parfaitement vissés au pied, les Mondiaux de ski-alpinisme. Après un voyage de plus de dix heures réalisé en bus ce dimanche, le jeune Belge a débarqué en Andorre avec le sourire et la concentration d’un athlète de haut niveau. « Pendant une bonne semaine, j’ai ressenti des maux de ventre qui pouvaient expliquer mes performances moyennes lors de la Coupe du monde d’il y a dix jours à Val Martello », pointait-il. « Mais désormais, c’est de l’histoire ancienne et la forme est de retour pour ce Mondial qui s’annonce fort spectaculaire ! »

Une compétition relevée aussi, les meilleurs ski-alpinistes étant au rendez-vous, ne voulant manquer pour rien au monde un événement qui se tient tous les deux ans et dont les champions sont reconnus éternellement. « Avec ce que j’ai montré cet hiver, je suis capable de belles choses. J’ai prouvé que j’étais assez polyvalent et que, sans erreur et avec de bonnes jambes, j’ai les moyens de viser un top dix dans les trois disciplines. De pareils résultats, je n’aurais jamais pu les espérer voici un an ; mais ma progression fut linéaire et progressive. »

Inscrit pour l’épreuve de sprint (02/03), pour la course verticale (04/03) et l’individuelle (06/03), Maximilien Drion va entamer la semaine la plus chargée de sa saison, la plus passionnante aussi. Pas de quoi l’inquiéter outre mesure. « J’ai déjà la chance d’être sélectionné pour disputer les trois manches. Ce sera éreintant, mais j’aurais un jour de repos entre chaque rendez-vous. Et puis, pour mon apprentissage, ce n’est pas plus mal », souriait-il.

Briller en Andorre

Sur les hauteurs andorranes, le Brabançon wallon partira à l’assaut de ses premiers championnats du monde chez les élites, confirmant qu’il se retrouvera face au gratin mondial. Il ne débarque cependant pas en terrain inconnu puisqu’il a, chez les jeunes, déjà pris part aux Mondiaux cadets en France en 2013, juniors en Suisse en 2015 et en Italie en 2017 et, enfin, en Suisse en U23 en 2019. Avec, au bout du compte, trois médailles de bronze (2 en 2017 et une en 2019) et deux quatrièmes places (2019) au palmarès. « Cela reste une excitation et une fierté d’être de la partie », glissait le jeune Belge. « Mais mon approche est différente. Chez les jeunes, j’ambitionnais de décrocher des médailles, ajoutant une certaine forme de pression inhérente à la recherche constante de résultats. Cette année par contre, je n’ai vraiment rien à perdre. C’est même irréaliste, à l’heure actuelle, de parler de podiums chez les seniors. C’est donc avec sérénité et calme que j’aborderai mes trois courses. »

Hors de question néanmoins de s’aligner sur un rendez-vous aussi prestigieux en dilettante, Maximilien Drion demeurant un grand compétiteur et un ski-alpiniste ayant, avant tout, soif de progresser. « S’il y a bien une période cet hiver où il faut sortir de grandes courses, c’est en Andorre. Si je parviens à terminer dans le top 10 à trois reprises, j’aurai les larmes aux yeux… »

Avant, qui sait, de parvenir à accrocher une belle breloque autour de son cou dans les années à venir, sa marge de progression étant encore conséquente et la structure l’entourant au quotidien devenant de plus en plus importante et professionnelle. « Il est un peu tôt pour parler de titre. Et c’est même très ambitieux. Je ne veux pas avoir, aujourd’hui, un tel état d’esprit. Je suis néanmoins convaincu que je ne suis pas au bout de mes surprises, ni à l’apogée de ma carrière. Ce qui m’importe le plus, c’est de prendre du plaisir à l’entraînement et en course, tout en entretenant ma passion pour la montagne. Je ne dirai donc jamais que ma carrière sera réussie si je deviens, un jour, champion du monde. Ce n’est pas ma philosophie. Réaliser des résultats c’est, certes, enivrant, mais ce n’est pas le plus important à mes yeux. »

Cela ne l’empêchera pas d’une nouvelle fois tout donner sur les tracés proposés en Andorre. Comme à son habitude finalement.

S.HE.

La polyvalence, sa nouvelle arme

Ce mardi, c’est donc avec l’épreuve de sprint que Maximilien Drion débute son mondial avant de s’attaquer à la verticale (jeudi) et à la course individuelle (samedi). Trois disciplines différentes qu’il aborde, pourtant, avec la même motivation. « Mes préférences ont beaucoup varié depuis mes débuts », assurait-il. « En juniors, je performais le mieux sur la verticale et le sprint ; en U23, je me sentais plus à l’aise sur l’individuelle et la verticale. Mais en senior, je sens que je suis devenu plus complet. Aujourd’hui, je suis capable d’accrocher un résultat lors de chaque épreuve. Je ne peux donc pas dire où je me sens meilleur, mon objectif étant d’être polyvalent et bon partout. Chaque jour, je travaille ainsi à réduire mes défauts, peu importe la discipline. »

Et les résultats accrochés jusqu’à présent en Coupe du monde confirment qu’il est sur la bonne voie, parvenant chaque week-end à repousser ses limites. « Les courses disputées cette saison sont de bons points de repères », assurait-il. « Cela m’a permis d’analyser mes performances, de me rendre compte de mes erreurs. Ces trois Coupes du monde, je les utilise comme source d’apprentissage afin de me rapprocher de la course parfaite. Reste que rien ne garantit qu’un bon coureur en CDM parvienne à réaliser de bons Mondiaux. La forme du jour joue forcément. La pression aussi, ce rendez-vous ne se tenant que tous les deux ans. Personne ne veut les manquer et passer à côté… »

Encore moins Maximilien Drion qui, en tant que seul Belge, aspire à démontrer qu’il appartient à la caste des grands et du subtop du ski-alpinisme mondial. « J’aborderai les trois disciplines avec la même envie. Quand j’ai ce dossard accroché à mon sac à dos, je suis motivé à 300 %. J’aime la montagne et la compétition. Tout est donc, une nouvelle fois, réuni pour que je perfome et puise dans mes ressources ! »

S.HE.

Aussi en Sport régional