Le 16 rue de la Loi se pare des couleurs arc-en-ciel

Le 16 rue de la Loi se pare des couleurs arc-en-ciel
Belga

Chaque année, au mois de mai, Bruxelles se pare des couleurs de l’arc-en-ciel autour de la journée de l’IDAHOT. Elle le fera encore cette année mais de façon quelque peu différente en raison de la crise sanitaire. La grande parade (Pride) n’aura pas lieu, mais Bruxelles revêtira les couleurs de l’arc-en-ciel sur des drapeaux et des projections lumineuses. Cette année, des lumières arc-en-ciel éclaireront aussi chaque soir le cabinet du Premier ministre.

« L’amour, c’est l’amour. Dans notre pays, chacun, chacune doit pouvoir être soi-même, quelle que soit son orientation sexuelle ou son identité de genre », a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo. « Les couleurs de l’arc-en-ciel symbolisent avec force cette diversité. Nous ne sommes pas tous pareils. Nous ne pensons pas tous de la même façon. Mais nous avons tous les mêmes droits fondamentaux. Dans notre pays, il n’y a aucune place pour la discrimination basée sur ce que l’on est, d’où l’on vient ou qui l’on aime. Un message que nous voulons clamer encore plus fort ce mois-ci. »

De son côté, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a affirmé que la pandémie de Covid-19 avait provoqué une hausse des chiffres de la violence et des discriminations envers les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenre, intersexe (LGBTI), notamment la violence domestique, les discours de haine en ligne et hors ligne et les crimes de haine.

« Ces personnes se heurtent souvent à la stigmatisation, ainsi qu’à des discriminations dans l’accès aux services de santé. En outre, la pandémie a entraîné une contraction de l’espace dévolu à la société civile et une augmentation du nombre d’arrestations et de détentions arbitraires, des agressions physiques et des traumatismes psychologiques dont sont victimes les défenseurs des droits humains qui protègent les droits des personnes LGBTI. Ces actes sont inacceptables et l’UE insiste sur l’importance de mettre fin à l’impunité de leurs auteurs », a-t-il souligné.

L’Union européenne reste particulièrement inquiète de voir que les relations consentantes entre personnes de même sexe sont considérées comme des infractions pénales dans 69 pays et que l’homosexualité est passible de la peine de mort dans 11 d’entre eux.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)
Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique