Les témoins confirment que Daniel Mathy était profondément attaché à son épouse

Les témoins confirment que Daniel Mathy était profondément attaché à son épouse

Claudine Hallut (61 ans) avait été égorgée le 9 février 2018 à Saint-Nicolas (Liège). L’accusé s’était introduit dans sa propriété et lui avait porté plusieurs coups de couteau. Daniel Mathy, qui ne supportait pas la séparation de son épouse, avait ensuite tenté de se suicider.

L’ex-mari de Claudine Hallut a confié que c’est en 1996 que leur divorce avait été prononcé. Daniel Hallut venait de nouer une liaison avec Claudine Hallut. Il était l’ami et le collègue de travail de l’ex-mari de Claudine Hallut. Selon cet homme, Claudine Hallut était une femme gentille, généreuse et très douce. Elle était très attentive à son ménage et à ses enfants.

Selon les enfants de Daniel Mathy, issus de son premier ménage, le divorce a provoqué un séisme dans la famille. « On a pris un coup sur la tête, car on pensait qu’une telle chose n’arriverait jamais », a indiqué l’un d’eux.

Daniel Mathy a été décrit par certains de ses enfants et petits-enfants comme un bon grand-père, qui entretenait de bons contacts avec ses petits-enfants. Sa petite-fille a évoqué une relation fusionnelle avec un « papy » qui s’était montré parfait depuis sa naissance. « C’était un confident. Il a toujours été affectueux, gentil et généreux », a indiqué le témoin.

Un des fils de Daniel Mathy a, par contre, affirmé avoir une mauvaise perception de son père. « J’étais celui qui était toujours rabaissé par son père, toujours considéré comme un incapable. Il a toujours été mauvais envers moi », a-t-il indiqué aux jurés.

Un autre fils de l’accusé a annoncé une absence de contacts proches ou chaleureux avec son père, qu’il décrit aussi comme un homme rancunier.

Les témoins ont aussi évoqué la relation que Daniel Mathy entretenait avec Claudine Hallut. L’accusé était très amoureux de son épouse, au point d’avoir été profondément affecté lors d’une de leurs ruptures. « Il l’aimait, il en était bleu et il l’avait dans la peau », ont précisé les proches de l’accusé.

Cette passion entretenue par Daniel Mathy à l’égard de son épouse est aussi évoquée dans la justification des faits. « Il ne voulait pas qu’elle le quitte et envisager l’idée qu’elle puisse vivre avec quelqu’un d’autre. Il l’aimait trop. Il préférait qu’elle soit morte et partir avec elle. Il préférait être avec elle dans la mort plutôt que d’être séparé d’elle », a exposé la petite-fille de l’accusé.

La première épouse de Daniel Mathy a précisé qu’il était un homme gentil et attentionné envers son épouse mais qui s’occupait peu de ses enfants. Leur rupture était intervenue lorsque Daniel Mathy s’était montré infidèle.

Les plaidoiries des différents avocats et le réquisitoire de l’avocat général auront lieu jeudi. La défense a déjà annoncé ne pas contester la qualification d’assassinat. Les délibérations sur la culpabilité et la peine sont prévues vendredi.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Liège (prov. de Liège)Saint-Nicolas (prov. de Liège)
Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers liégeois