Un cheminement qui mérite respect et admiration de tous

Un cheminement qui mérite respect et admiration de tous

Bouleversant. Le témoignage que livre la maman des petits Jules et Timothé, partis à l’âge de six et quatre ans suite à la folie meurtrière de leur père, est d’une force qui ne peut que susciter le plus grand respect. On dit toujours qu’il n’y a rien de pire au monde pour un parent que de perdre un enfant. Imaginez donc un instant, au regard des circonstances de ce drame, quelle douleur éprouve cette maman. Une maman qui a trouvé en ces lettres écrites à ses enfants morts une sorte de catharsis. Un chemin pour continuer à vivre malgré tout, afin qu’il soit un peu moins semé d’embûches.

Il est extrêmement rare d’aborder de tels sujets dans un éditorial. Mais impossible de ne pas le faire dans le cas présent. Trop souvent, les infanticides ont défrayé la chronique en région liégeoise de par leur violence, leur ignominie, leur infamie. Les cas sont, malheureusement, bien trop légion. Et les souffrances qui en découlent incurables.

Comme le résume parfaitement Madeleine Bosly, chaque cas est unique. Les ressentis, les manières de réagir sont différentes selon les personnes. Mais il faut saluer le courage de celles et ceux qui doivent vivre avec. « Même si la peine nous tenaille, il y a moyen de vivre quelque chose de beau et de cohabiter avec elle », a très justement dit la maman de Jules et Timothé.

Cela peut paraître « surprenant » de se dire que vivre encore est possible avec de telles meurtrissures. Et pourtant, chaque personne touchée par ces drames nous le rappelle, chacune à sa manière.

Cela mérite toute notre admiration, tout simplement.

Notre sélection vidéo
Aussi en REGION LIEGEOISE