Coronavirus: une province pakistanaise menace de couper le téléphone aux anti-vaccins

Coronavirus: une province pakistanaise menace de couper le téléphone aux anti-vaccins
Belga

La province du Sind a déjà annoncé que les fonctionnaires qui refusent l’injection ne seront pas payés à partir de juillet.

Alors que la troisième vague de contamination au coronavirus commence à se stabiliser au Pakistan après plusieurs semaines de restrictions, au Penjab, la province la plus peuplée qui abrite notamment Lahore, la demande pour se faire vacciner a déjà ralenti.

« Au début c’était juste une proposition, mais comme les gens sont vraiment hésitants, nous avons décidé d’agir », a justifié Hammad Raza, le porte-parole des services sanitaires du Penjab.

Selon lui, l’agence étatique des télécoms doit décider comment mettre cette mesure en pratique.

Environ 10,5 millions de doses ont été administrées dans ce pays de 220 millions d’habitants, grâce au soutien essentiellement de la Chine.

Mais les inquiétudes concernant les effets secondaires, ainsi que la désinformation qui assure que les vaccins provoquent infertilité et même décès dans les deux ans qui suivent, ont entravé la campagne.

« Le niveau d’éducation au Pakistan est très faible et certains propagent des rumeurs et de la désinformation », indique à l’AFP Salman Haseeb, président de l’Association des jeunes médecins du Pakistan.

La menace est toutefois mal reçue à Lahore.

« Ça va être difficile pour moi si je ne peux pas utiliser mon téléphone… mais j’ai vraiment peur du vaccin », confie Saima Bibi, une domestique de Lahore.

« On ne peut pas obliger les gens à se faire vacciner », estime Farwa Hussain, enseignante de Rawalpindi qui a déjà reçu une première dose. « Ça me rend méfiante ».

Pour inciter la population à se faire vacciner, on lui promet qu’elle pourra se rendre au cinéma, dans les salles de fêtes et dans les lieux de culte et que les restrictions concernant les entreprises et commerces seront levées dès lors que 20 % de la population d’un district aura été piquée.

Des centres de vaccination mobiles seront établis près des sanctuaires dans les zones rurales.

Le Pakistan a enregistré 21.500 décès du Covid officiellement, mais ce chiffre est jugé sous-estimé faute de tests suffisants.

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde