Di Rupo en visite au Grand-Duché pour parler espace et coopération transfrontalière

Di Rupo en visite au Grand-Duché pour parler espace et coopération transfrontalière
Belga

Le secteur spatial était au coeur de la première rencontre de la matinée, avec notamment une attention particulière portée au dossier Copernicus, du nom du projet spatial européen lié à l’observation de la Terre par l’intermédiaire d’une série d’images satellitaires numérisées auquel participe la Wallonie. «On espère faire aboutir ce projet en décembre», a confié Elio Di Rupo.

Ce dernier a ensuite rencontré Xavier Bettel. Ensemble, les deux hommes ont évoqué les relations bilatérales entre le Grand-Duché et la Wallonie, l’économie circulaire, la coopération transfrontalière ou encore la mobilité, et en particulier la trop lente liaison ferroviaire entre Bruxelles et Luxembourg.

«Je continuerai à me battre pour que le Luxembourg ne soit pas le triangle des Bermudes des liaisons à grande vitesse», a souligné à ce sujet le Premier ministre luxembourgeois. A l’heure actuelle, la liaison, en train, entre les deux capitales prend près de 3 heures - une heure de plus qu’en voiture - , en raison notamment des arrêts dans une multitude de gares belges.

«La situation actuelle est totalement insatisfaisante. C’est pourquoi il faut insister, et c’est la position que je défends, pour que l’Union européenne mette des moyens financiers sur la table pour ce trajet, avec un complément des différents gouvernements», a ajouté le ministre-président wallon.

«Nous essayons d’être les plus concrets possibles, en développant un sens de l’urgence nécessaire face à un monde qui évolue très vite», a-t-il poursuivi.

Forts de cette évidence, Xavier Bettel et Elio Di Rupo se sont accordés sur de nouvelles réunions à venir, auxquelles sera notamment associé le ministre-président de la Communauté germanophone Oliver Paasch. «L’idée, c’est vraiment d’avoir une ligne du temps ponctuée de différentes rencontres, qui seront elles-mêmes précédées d’un travail intercabinets pour avancer», a encore indiqué le ministre-président wallon, saluant au passage les excellentes relations que la Wallonie entretient avec son voisin luxembourgeois, un Etat «doté d’une capacité d’efficacité remarquable et d’un dynamisme constructif significatif».

«On peut être voisin et ne pas s’aimer. Mais avec la Belgique, nous avons une relation de voisinage affectueuse et confiante. D’ailleurs, nous vibrons avec vous à travers l’Euro de foot», a confirmé Xavier Bettel. «Un signe qui ne trompe pas», lui a enfin répondu avec humour Elio Di Rupo.

Notre sélection vidéo
Aussi en Politique