Des jeunes font la fête et oublient les règles sanitaires, la police intervient

Des jeunes font la fête et oublient les règles sanitaires, la police intervient
Belga

Ces derniers jours, les règles sanitaires n’ont pas toujours été respectées dans les cafés. C’est le cas du Bar Luxe et du Stravidarius dans Burgemeester Reynaertstraat à Courtrai. « Il y a des portiers qui surveillent et j’ai cinq membres du personnel, mais ils n’ont pas des yeux dans le dos. Ils ne peuvent pas tout voir. Les jeunes sont inarrêtables parce qu’ils sont enthousiastes. Nous leur demandons à plusieurs reprises de s’asseoir, mais ils n’y parviennent pas toujours. Je vais déployer du personnel supplémentaire maintenant. Pour qu’ils soient encore plus conscients des règles. Pour que cela ne se reproduise pas », déclare Brian Taveirne du Bar Luxe à nos confrères du Het Laatste Nieuws.

Les deux cafés étaient pleins à certains moments et il est arrivé que jeunes gens dansaient. « Les employés et la sécurité ont fait remarquer aux jeunes qu’ils devaient rester assis. Que pouvons-nous faire de plus ? Mettre mes clients dehors alors qu’ils m’ont tant manqué ? Plus de DJs ? La jeunesse est tellement prête à faire la fête que nous avons été surpris par l’affluence. Bien que je comprenne parfaitement que cela pose problème à certaines personnes. Nous allons intervenir. Nous mettrons une sécurité supplémentaire à la porte pour qu’il n’y ait pas trop de gens qui entrent en même temps », explique Mathieu Vynckier du Stradivarius.

Le DJ Joeri Pauwels, qui mixait dans le bar au moment des faits, se défend. « Je n’avais rien à voir avec l’occupation du bar. Ce n’est pas le travail d’un DJ. La sécurité a arrêté la fête à 22h45, sur ordre de la police. Nous avons bien sûr suivi cet ordre », déclare Joeri Pauwels. « Je comprends que les jeunes soient enthousiastes. Et je comprends qu’en tant que propriétaire de café, vous ne pouvez pas toujours faire respecter les règles. Vous pouvez difficilement déployer dix membres du personnel en même temps pour garder un œil sur tout. »

Les autorités de la ville ont réagi à cet incident. « Nous sommes déçus par ce qui s’est passé dans les cafés en question. C’est particulièrement regrettable pour les autres cafés de la rue et du centre ville, qui font tout pour respecter au mieux les mesures de sanitaires », indique le communiqué de la bourgmestre Ruth Vandenberghe et du porte-parole de la police locale Thomas Detavernier.

Dans les cafés 56 et De Geverfde Vogel, c’est beaucoup plus calme. « S’ils osent danser sur les tables et/ou le bar, j’éteins la musique. C’est juste que ce n’est pas encore autorisé, c’est comme ça », explique Robbert Vandaele du De Geverfde Vogel. Dieter De Clercq du Café 56 est d’accord : « J’ai aussi éteint la musique plusieurs fois et j’ai demandé aux jeunes de partir pour qu’il n’y ait pas trop de monde à l’intérieur. Nous devons être stricts et faire un effort pour suivre les règles afin de pouvoir rester ouverts », a expliqué Dieter De Clercq à HLN.

Les propriétaires des cafés courtraisiens Stradivarius et Bar Luxe recevront la visite de la police aujourd’hui ce jeudi afin que cette situation ne se reproduisent plus.

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique