L’ailier du Standard Michel-Ange Balikwisha ne veut que l’Antwerp

Balikwisha a choisi.
Balikwisha a choisi. - Belga

Deuxième rencontre amicale pour le Standard qui, quatre jours après la défaite concédée face à Rochefort (1-3), poursuivra sa préparation en se mesurant ce mercredi à 18 heures à l’Union Saint-Gilloise de Felice Mazzù. Sans Selim Amallah et Abdoul Fessal Tapsoba qui, rentrés lundi, ont d’abord passé tous leurs tests, mais aussi sans Jackson Muleka qui n’a repris les entraînements collectifs qu’en ce début de semaine. Sans Michel-Ange Balikwisha sans doute également, dont le transfert, qui semblait pourtant en bonne voie, a agité au cours des dernières heures les couloirs de Sclessin.

En cause, le retour de l’Antwerp dans le dossier et la volonté manifestée par le jeune (20 ans) ailier bruxellois de prendre la direction de Deurne plutôt que celle de Bruges, en raison des conditions salariales plus importantes dont il bénéficierait à l’ombre du Bosuil, de tous les avantages accordés par l’Antwerp à la famille et d’une concurrence sportive qui y serait forcément moins rude. Mais toutes ces considérations se sont rapidement heurtées au souhait de la direction liégeoise de voir son joueur rallier le Jan Breydelstadion, en vertu d’un accord, sans doute plus intéressant, trouvé il y a plusieurs semaines déjà avec le champion de Belgique en titre. D’où l’impasse dans laquelle le dossier se trouvait lundi soir, chaque partie campant sur ses positions. Pour Michel-Ange Balikwisha, la situation est très claire : c’est à l’Antwerp, qui a proposé au départ au Standard une indemnité de transfert à hauteur de 4,5 millions, assortie de bonus et d’un pourcentage de 15 ou 20 % à la revente du joueur, qu’il souhaite poursuivre sa carrière. Et l’inverse est vrai également, à un point près que l’Antwerp devait formuler mardi en fin de journée une dernière proposition financière revue à la hausse au Standard pour tenter de boucler l’affaire à son avantage et ainsi dribbler son grand rival brugeois.

Avenatti sur la liste de l’Union

Toujours en matière de mercato, on sait que Felipe Avenatti, dont le Standard ne veut plus, au même titre qu’Obbi Oulare, doit trouver une solution. Laquelle pourrait passer par l’Union, qui a placé l’attaquant uruguayen sur sa liste de renforts potentiels.

Initialement prévu à 18 heures, le coup d’envoi du match amical entre le Standard et le CS Bruges, programmé ce samedi à l’Académie, a été avancé à 16h30.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruges (Flandre occidentale)

Tout le foot amateur et chez les jeunes

Aussi en Standard