Un écuroduc à Uccle pour aider les écureuils à traverser des obstacles

Pour traverser entre les arbres.
Pour traverser entre les arbres. - D.R.

Bruxelles compte sur son territoire deux espèces d’écureuils dont l’écureuil roux qui vit depuis toujours dans nos régions. Menacé d’extinction dans les années 70, ce petit rongeur est mieux représenté aujourd’hui. Néanmoins, sa mortalité augmente depuis plusieurs années à cause de la densité du réseau et du trafic routier qui fragmente les bois et zones forestières où il vit.

Plusieurs solutions existent pour soutenir les populations d’écureuils. Parmi celles-ci, l’écuroduc est un système de passerelle entre deux arbres permettant aux écureuils de passer au-dessus d’obstacles comme les routes en toute sécurité. Ce système simple, fait de cordages et peu coûteux, permet de compenser l’impact des activités humaines sur les écureuils, en particulier les juvéniles qui sont les premières victimes de la route.

Trois lieux de passage

La commune d’Uccle vient d’installer son premier écuroduc qui relie le Plateau Avijl et le parc Fond’Roy. Les jonctions entre le Jardin de pluie chaussée de Saint-Job et la réserve naturelle le Kinsendael ainsi qu’entre les arbres d’alignement de l’avenue Circulaire seront effectuées dans les semaines à venir. Avec l’accord et grâce aux informations fournies par Bruxelles Environnement, les trois lieux de passage ont été choisis en fonction des observations d’écureuils tant vivants que retrouvés morts.

Maëlle De Brouwer (Ecolo), échevine de l’Environnement, des Droits et Bien-être animal et des Espaces verts, commente : « Uccle a la chance d’avoir des zones très boisées, dont une par Natura 2000, que nous pouvons relier. Après nos trois crapauducs, nous avons décidé d’installer ces trois écuroducs pour renforcer les corridors écologiques entre des espaces de plus en plus fragmentés par la densification de la ville ».

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES