Sortie du nucléaire: «Le feu vert formel est attendu dans un avenir proche»

Sortie du nucléaire: «Le feu vert formel est attendu dans un avenir proche»
Belga

La commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager, avait annoncé en septembre 2020 l’ouverture d’une enquête approfondie sur un risque de distorsion de concurrence inhérent au «mécanisme de rémunération de capacités» (CRM).

Ce mécanisme doit permettre aux producteurs d’être indemnisés pour la mise à disposition d’une certaine capacité de production, appelée essentiellement à s’appuyer sur des centrales au gaz, pour assurer la sécurité d’approvisionnement en électricité après l’abandon de l’énergie nucléaire prévu en 2025. Deux à trois nouvelles centrales au gaz seraient nécessaires.

Une partie des aides doit déjà être décidée en octobre lors d’une première mise aux enchères, mais les autorités belges attendent toujours le feu vert de Mme Vestager.

La décision définitive est désormais en vue, selon le cabinet Van der Straeten. «Après des discussions fructueuses au cours des derniers mois entre les services de la Commission européenne, la ministre et son équipe, la Commission a confirmé que la procédure en vue de la décision finale sur le mécanisme belge d’investissement (CRM) a été lancée. Cela signifie que, après l’approbation de la Commission, la Belgique sera en mesure de procéder à sa première vente aux enchères en octobre 2021», selon le communiqué ministériel.

Pour la ministre Groen, le travail du gouvernement fédéral est en grande partie terminé. «C’est maintenant à tous les gouvernements et toutes les autorités de ce pays de prendre leurs responsabilités et de faire de la transition énergétique un succès. (...) De nombreux projets sont prêts à être développés, notamment des projets d’énergie renouvelable, de gestion de la demande, de batteries, de stockage et d’autres capacités flexibles. Grâce au mécanisme d’investissement, nous permettons aux personnes qui veulent investir dans notre pays de le faire», a-t-elle exhorté.

Ces propos font écho au rejet récent, par la province du Brabant flamand, d’un permis de bâtir pour une nouvelle centrale au gaz à Vilvorde, malgré un avis préalable positif de la commission provinciale compétence.

Dans son communiqué, la ministre souligne que «de toute façon, cinq des sept centrales nucléaires de Belgique fermeront car elles sont trop vieilles et qu’il est trop coûteux de garantir leur sécurité plus longtemps. Cela signifie que le mécanisme d’investissement est de toute façon nécessaire.»

Si l’accord de gouvernement Vivaldi prévoit bien de respecter le calendrier légal de sortie du nucléaire, il envisage aussi, en cas de problème inattendu de sécurité d’approvisionnement, «l’ajustement du calendrier légal pour une capacité pouvant aller jusqu’à 2 GW», soit l’équivalent de deux réacteurs nucléaires.

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique