JO 2020: Djokovic laisse filer la médaille de bronze face à Carreno Busta

Reuters
Reuters

Pas de médaille en simple pour Djokovic à Tokyo : le N.1 mondial a été battu samedi par l’Espagnol Pablo Carreno (11e) dans le match pour le bronze du tournoi olympique de tennis, 6-4, 6-7 (8/6), 6-3.

Battu en demi-finale vendredi par Alexander Zverev, le Serbe, venu au Japon en quête de l’or et qui apparaissait comme le grand favori chez les messieurs, échoue au pied du podium comme à Londres en 2012. Carreno apporte lui à l’Espagne sa première médaille en tennis en simple messieurs depuis 2008, quand Rafael Nadal avait été sacré champion olympique.

D’abord tête basse, puis franchement agacé – il a lancé sa raquette dans les gradins à l’entame du troisième set avant de la fracasser au sol lors d’un changement de côté –, Djokovic n’a pas réussi à trouver la faille face à un Carreno intraitable et beaucoup plus régulier.

Après avoir sauvé une première balle de match dans le tie-break du deuxième set, le Serbe a finalement cédé, lors de la manche suivante, à la sixième balle occasion de l’Espagnol.

Carreno, qui avait déjà sorti le N.2 mondial Daniil Medvedev en quarts, a réussi 32 coups gagnants contre seulement 18 pour Djokovic, dont le service a une nouvelle fois été défaillant (56 % de premières balles dans le match, 40 % dans la première manche).

Le Serbe, qui doit disputer un peu plus tard le match pour une médaille de bronze dans le double mixte, encaisse ainsi sa troisième défaite en moins de 24 heures.

Rêve brisé

Vendredi, d’abord battu par Zverev, alors qu’il était sur une série de 22 victoires d’affilée et qu’il n’avait laissé que des miettes à ses adversaires lors des premiers tours, le N.1 mondial s’était ensuite incliné en demi-finale du double mixte, associé à sa compatriote Nina Stojanovic.

Dur à encaisser pour celui qui, souvent moins encensé que Rafael Nadal et Roger Federer, rêvait d’inscrire à Tokyo son nom dans l’histoire du tennis.

Djokovic était venu au Japon avec l’ambition de remporter pour l’or, le seul titre qui manque à son prestigieux palmarès.

Médaillé de bronze à Pékin, il a depuis enchaîné les désillusions aux Jeux. Battu par Juan Martin Del Potro à Londres lors du match pour la médaille de bronze, il avait ensuite été sorti dès le premier tour à Rio, par le même Del Potro, quittant le court en larmes.

Cette fois, point de larmes, mais un abattement profond. Vendredi soir, Nole ne s’était guère attardé, disant simplement se sentir « affreusement mal ».

Déjà sacré à l’Open d’Australie, à Roland-Garros et à Wimbledon cette année, Djokovic, 20 titres majeurs au compteur, conserve malgré tout une chance, s’il gagne l’US Open, de réaliser le Grand Chelem calendaire, ce que personne n’a fait depuis Rod Laver en 1969.

Aussi en Jeux olympiques