Grez-Doiceau met en place un plan de lutte contre les futures inondations

Des centaines d’habitations avaient été touchées.
Des centaines d’habitations avaient été touchées. - D.R.

Les inondations des 15 et 16 juillet 2021 ont fortement impacté la Commune de Grez-Doiceau. Des centaines d’habitations ont été touchées à des degrés divers. Un drame humain, psychologique et matériel qui a marqué la région. Dès le lendemain, de nombreuses actions ont été mises en place pour aborder le nettoyage, la sécurisation des rues, des maisons, des berges, des rivières mais aussi de certains bâtiments publics qui ont été sévèrement touchés, comme l’école communale. « La solidarité citoyenne a été exemplaire. »

À la suite de ces incidents, une réflexion globale et un plan d’action intégré avec un ensemble de mesures, articulées autour de cinq axes d’égale importance, ont été mis en place. Ils permettront de minimiser les futurs risques d’inondations, de coulées de boue et de dégradation des maisons et de l’infrastructure publique.

Les cinq axes

1. Un premier bassin de retenue sur le Piétrebais à Cocrou en amont du Beausart : suite aux compléments d’étude de la Province et de l’InBW remis en janvier 2020 puis en février 2021, et des comparaisons faites entre 15 sites, la réalisation d’une Zone d’Expansion de Crues (ZEC) à cet endroit (retenue d’environ 43 000 m³) s’impose très clairement, afin de protéger le centre de Grez et Cocrou. La Commission et le Collège conseillent à la Province la réalisation d’une notice d’évaluation des incidences très complète et indépendante et d’engager un dialogue avec les agriculteurs concernés.

2. Étude d’une ZEC sur le Train : afin de protéger au mieux le centre de Grez-Doiceau, la Commission communale des Travaux a également conseillé à l’unanimité de demander à la Province de poursuivre et d’affiner ses études pour réaliser une ZEC sur le Train à hauteur de Morsaint (capacité de quelque 15.000 m³). La ZEC sur le Piétrebais sera réalisée indépendamment de la suite des études sur le Train.

3. Concertation intercommunale, à l’initiative de la Province : dorénavant, il faudra se concerter avec Chaumont-Gistoux, Incourt, Beauvechain et la Province afin d’organiser et d’harmoniser une approche globale de la lutte contre les inondations.

4. Établissement d’un plan d’entretien et de prévention : des efforts supplémentaires sont nécessaires, impliquant la participation active de tous. L’objectif est d’arrêter les eaux le plus rapidement possible, en favorisant son infiltration dans le sol, ou en évitant qu’elles ne se rassemblent et créent des torrents, grâce à des haies ou fascines, et l’adaptation de certaines pratiques agricoles. Le plan de curage des cours d’eau et de l’égouttage, impliquant également les instances extérieures est relancé.

5. Dispositions urbanistiques : la révision du Schéma de Développement Communal qui doit être menée intégrera les risques climatiques. Les demandes de permis seront évaluées également sur base de ce critère.

Le 18 août dernier, la Commission communale des Travaux a soutenu à l’unanimité les deux premières actions indiquées ci-dessus. Dans les prochains jours, un toutes-boîtes sera par ailleurs distribué sur l’ensemble du territoire. Les citoyens seront invités à relayer un maximum d’informations sur ces inondations afin de compléter nos connaissances de l’événement et co-construire un plan d’actions concret pour lutter au mieux contre les prochaines fortes pluies que nous risquons de connaître plus régulièrement.

Notre sélection vidéo
Aussi en L'actu du BW