Douze mois avec sursis requis pour six faits de violence conjugale à Somme-Leuze

Par défaut, le prévenu avait écopé d’une peine de 2 ans ferme.
Par défaut, le prévenu avait écopé d’une peine de 2 ans ferme. - JLP

L’auteur des faits a, à chaque fois, commis les faits lorsqu’il était sous influence d’alcool. « C’est une constante dans ce dossier, vous étiez ivre en permanence », a rappelé le président de l’audience.

La police est intervenue le 20 décembre 2017. À son arrivée, la victime présentait des éraflures aux bras et des touffes de cheveux ont été retrouvées sur le plan de travail de la cuisine. « Le 8 février 2019, vous l’avez à nouveau brutalisée », a poursuivi le président. Le 10 octobre et le 5 novembre 2019, ce sont des coups de poing au visage que la victime a reçus. Un mois plus tard, les violences subies ont engendré une fracture du pied chez la victime. Enfin, le 4 avril 2020, le prévenu lui a tordu le bras, lui a cogné la tête contre une armoire et lui a mis un couteau sur la gorge.

« Mon client a un problème d’alcool depuis ses 17 ans, il va bientôt en avoir 55 », a relevé son avocat, qui a plaidé le sursis probatoire.

Par défaut, le prévenu avait écopé d’une peine de deux ans ferme.

Le tribunal rendra son jugement le 6 octobre.

Belga

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers