Ecolo demande un moratoire contre le départ de BNP de Theux et Ensival

La BNP-Paribas de Theux ne devrait pas rouvrir.
La BNP-Paribas de Theux ne devrait pas rouvrir. - A.R.

« Les inondations qui ont frappé durement les vallées de l’Ourthe et de la Vesdre ont eu des conséquences désastreuses pour une série de services à la population : écoles, administrations, routes, réseau ferroviaire mais également les agences bancaires.

Dans ce contexte, et alors que la priorité devrait être la restauration rapide de ces services à la population, les écologistes constatent et dénoncent le cynisme de BNP-Paribas. Deux décisions viennent en effet d’être prises par le groupe bancaire concernant les zones sinistrées. D’une part, BNP a décidé d’accélérer la fermeture de son agence de Theux. D’autre part, BNP entend ne pas remplacer le seul et unique distributeur d’Ensival qui n’a pas survécu aux inondations.

« Une double peine »

« Il s’agit de décisions cyniques qui vont à l’encontre des intérêts des citoyens des zones sinistrées. C’est clairement une double peine ! Les habitants de Theux et d’Ensival ont besoin d’un accès au cash et de services bancaires à proximité. C’est d’autant plus nécessaire alors que les réseaux de communication ont été durement impactés dans notre région », fustige la députée fédérale Ecolo-Groen Julie Chanson.

« Une meilleure régulation du secteur bancaire est nécessaire pour garantir un accès de proximité aux agences et distributeurs. Le débat est aujourd’hui confisqué par les grandes banques dont l’objectif est de réduire leurs coûts. Il faut que le gouvernement fédéral impose une meilleure prise en compte des intérêts des citoyens. Dans le cas présent, nous demandons un moratoire sur les décisions des banques dans les zones sinistrées », complète Nicolas Parent, député fédéral Ecolo-Groen, qui interpellera prochainement le ministre de l’Économie à ce sujet.

À noter que, de passage dans la région, le ministre Borsus s’était déjà positionné contre cette décision voici quelques semaines. « C’est un mauvais signal pour tout le monde. La reconstruction passera par une relance économique. Il faut investir dans les zones détruites », estimait-il.

Reste à voir si ces réactions seront suffisantes. »

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en VERVIERS ET SA REGION