Deux ex-dirigeants de G4S plaident coupable aux États-Unis pour des accords de cartel

Deux ex-dirigeants de G4S plaident coupable aux États-Unis pour des accords de cartel

Ces deux personnes ont admis que, avec des confrères de sociétés concurrentes, elles ont conclu des accords sur les prix et se sont partagé les contrats de services de sécurité. Il s’agissait de contrats avec le ministère américain de la Défense et avec la NCIA, l’agence de communication et d’information de l’Otan.

En juin, on avait déjà appris que G4S Belgique avait elle-même conclu un accord à l’amiable avec le ministère américain de la Justice. Il s’agissait ici du volet américain d’une enquête menée en Belgique depuis le début de l’année dernière par l’Autorité belge de la concurrence (ABC).

Dans son communiqué de presse, le ministère de la Justice précise que plusieurs autres suspects ont été inculpés dans cette affaire et que l’enquête se poursuit. L’un d’entre eux est l’ancien patron de Bpost Jean-Paul Van Avermaet, qui avait auparavant dirigé G4S Belgique jusqu’au début de 2020. Il avait finalement été licencié en mars dernier de son poste de CEO de l’entreprise postale après avoir suscité de nombreuses critiques et oppositions pour cette enquête sur un potentiel cartel.

Aux États-Unis, les infractions à la législation sur la concurrence (Sherman Antitrust Act) sont passibles d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à 10 ans et d’une amende pouvant atteindre un million de dollars. En fonction des bénéfices réalisés ou des pertes subies par la victime, l’amende peut être majorée.

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde