Coronavirus au Brésil: «Nous ne sommes coupables de rien», réagit Jair Bolsonaro

Coronavirus au Brésil: «Nous ne sommes coupables de rien», réagit Jair Bolsonaro
Belga

«Nous savons que nous avons fait ce qu’il fallait dès le début», a-t-il insisté, au cours d’une cérémonie officielle dans l’Etat du Ceara (nord-est).

Le rapport final de la CPI, présenté mercredi, désigne pourtant le président d’extrême droite comme ayant été «le principal responsable des erreurs du gouvernement pendant la pandémie» qui a fait plus de 600.000 morts au Brésil.

Outre le «crime contre l’humanité», qui pourra être jugé à la Cour Pénale Internationale de La Haye, le rapporteur Renan Calheiros a retenu neuf chefs d’accusation allant du «charlatanisme» à l’"incitation au crime» en passant par les «infractions aux mesures sanitaires» et la «prévarication».

«Le président a commis de nombreux crimes et il va payer», a déclaré le président de la CPI, Omar Aziz, à l’ouverture de la session de mercredi.

Ces accusations gravissimes devraient néanmoins avoir une portée surtout symbolique pour l’heure, Jair Bolsonaro bénéficiant de soutiens au Parlement à même de lui éviter l’ouverture d’une procédure de destitution. De même, le procureur général Augusto Aras, un de ses alliés, peut faire barrage à toute inculpation.

L’impact politique pourrait toutefois s’avérer désastreux pour cet ancien capitaine de l’armée, dont la popularité est déjà au plus bas. Il est à cet égard loin d’être assuré d’être réélu dans un an, tant il est largement distancé dans les sondages par l’ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva.

Pour les sénateurs, les crimes cités dans le rapport sont «intentionnels», le gouvernement Bolsonaro ayant délibérément décidé de ne pas prendre les mesures nécessaires pour contenir la circulation du virus, espérant que la population atteigne «l’immunité collective», une stratégie «à haut risque», selon la CPI.

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde