Un nouveau sous-variant du Delta: «Vous pourrez le ralentir, mais pas l’arrêter»

Un nouveau sous-variant du Delta: «Vous pourrez le ralentir, mais pas l’arrêter»
Belga Image

Ce variant « AY4.2 » est un sous-variant du très contagieux Delta apparu initialement en Inde et qui avait provoqué une reprise de l’épidémie en fin de printemps et début d’été.

« Nous surveillons de très près » cette nouvelle forme « et nous n’hésiterons pas à prendre des mesures si nécessaire », a déclaré un porte-parole de Downing street. Cependant, « rien ne permet de penser qu’elle se propage plus facilement », a-t-il tenté de rassurer.

L’émergence de ce nouveau variant malgré la très forte contagiosité du Delta ayant tendance à écarter les nouvelles souches fait craindre une transmissibilité encore plus forte. Elle survient alors que le Royaume-Uni, qui déplore près de 139.000 morts du Covid-19, se trouve confronté à un nombre croissant de cas positifs, dépassant désormais 40.000 chaque jour, soit un taux d’incidence bien plus élevé que dans le reste de l’Europe.

L’émergence de AY4.2 ne constitue « pas d’une situation comparable à l’émergence des souches Alpha et Delta qui étaient beaucoup plus transmissibles (50 % ou plus) que toutes les souches en circulation à l’époque », a ajouté le chercheur.

Le nouveau variant AY4.2 est quasi-inexistant en dehors du Royaume-Uni, mis à part trois cas aux États-Unis et quelques autres au Danemark, qui ont depuis presque disparu. Des travaux sont en cours pour tester sa résistance aux vaccins.

« Des sous-types encore plus contagieux »

Marc Van Ranst a expliqué dans les colonnes de HLN qu’il ne serait « pas surpris » si ce nouveau variant arrivait jusque chez nous. « Ce ne serait pas anormal, c’est quelque chose que les virus font tout le temps », a-t-il commenté. Mais pour le virologue, il est tout à fait possible que ce nouveau variant soit encore plus contagieux : « Dans ce variant Delta, vous avez des sous-types qui seront encore plus contagieux en raison d’un changement d’acide aminé. Si tel est le cas, ils finiront par conquérir également le marché. Puis progressivement, ils remplaceront les autres. C’est littéralement la loi du plus fort », explique-t-il.

Mais ce sous-variant peut-il affecter l’efficacité du vaccin ? Selon le virologue, ce n’est pas très probable : « Nous ne nous attendons pas à cela », a-t-il déclaré.

Le virologue n’est pas encore extrêmement alarmant concernant ce variant : « Il ne sert à rien de craindre l’arrivée d’un nouveau variant comme le Delta, car cela arrive tout seul. C’est la chose la plus normale au monde. Les virus qui n’évoluent pas sont voués à disparaître. C’est leur marque de fabrique, qu’ils changent constamment », explique encore le virologue.

Cette souche plus contagieuse, il est impossible de l’arrêter : « Il est difficile de maîtriser cela à 100 % », explique Van Ranst. « Le moins qui vous manque est fatal. Vous pourrez le ralentir, mais pas l’arrêter ».

Aussi en Belgique