Un train de mesures pour la relance des entreprises et indépendants sinistrés

Un train de mesures pour la relance des entreprises et indépendants sinistrés
Isopix

«Si les dégâts matériels subis lors des récentes intempéries seront, pour partie, indemnisés par les compagnies d’assurance et/ou le Fonds des calamités, la perte d’attractivité d’un site et les difficultés de relancer son activité après un tel drame sont difficilement quantifiables et ne peuvent être couvertes par les assurances», a en effet souligné le ministre wallon de l’Economie, Willy Borsus.

Les mesures de soutien adoptées ce jeudi visent donc à compléter l’intervention prévue par le Fonds des Calamités pour couvrir (partiellement) les dégâts matériels subis.

Concrètement, plusieurs mécanismes sont mis en place. C’est le cas du projet «Restart shop» à destination des commerçants sinistrés. Ce dernier prendra la forme d’une indemnité d’aide à la relance à destination des commerçants impactés situés dans les 209 communes reconnues comme sinistrées. Le montant de l’aide atteint 5.000 euros, majoré pour les commerçants ayant dû recourir eux-mêmes à la location d’un container à partir du 14 juillet pour pouvoir exercer leur activité. Les dépenses éligibles concerneront la relance de l’activité et la réinstallation de l’indépendant/commerçant, à l’exclusion des frais déjà couverts totalement par l’assureur et/ou le Fonds des calamités. Un budget de 5,5 millions a été dégagé pour cette mesure qui pourrait concerner un millier de commerces.

Par ailleurs, l’exécutif a également décidé d’un «pack résilience/repositionnement stratégique/plan de continuité» des activités au départ de la SOGEPA, de la SOWALFIN et de la SRIW afin d’aider les entreprises sinistrées qui décident de revoir leur business model à la suite des inondations. Ce pack comportera 4 volets cumulables allant de la prise en charge des frais de repositionnement stratégique (une enveloppe de 3 millions d’euros est prévue) à l’accompagnement des petites entreprises dans la réalisation de leur business plan (500.000 euros) en passant par e soutien à l’engagement de profils utiles à la relance (13,5 millions d’euros) et le soutien de la trésorerie et du besoin en fonds de roulement des entreprises via des prêts à taux 0%.

Le gouvernement wallon s’engage en outre à soutenir les investissements des PME et des grandes entreprises, en leur réservant notamment des moyens budgétaires complémentaires à hauteur de 15 millions d’euros en 2022, dont 5 millions à destination des grandes entreprises et 10 millions pour les PME.

Parallèlement, l’exécutif a décidé de réserver des moyens pour recréer une capacité équipée de 100 à 150 ha de parcs d’activités économiques, pour un budget estimé à 72,5 millions d’euros. Certaines entreprises ne pourront en effet pas redémarrer leur activité sur place et d’autres, situées dans des zones d’aléa d’inondation, seront éventuellement dans l’obligation de reconsidérer leur localisation à moyen terme.

Enfin, un budget de 19 millions d’euros a été dégagé pour concrétiser les actions prévues dans le cadre du plan de reconstruction, qui sera établi en large concertation avec les pouvoirs locaux. Ce montant pourrait être alloué à l’indemnisation de certains propriétaires, à des rachats de terrain utiles pour des ouvrages nécessaires à la gestion de l’eau dans les vallées ou encore à la requalification de Sites à réaménager.

Aussi en Belgique