Affaire Jürgen Conings: «On a mis tous les moyens pour trouver M. Conings»

Affaire Jürgen Conings: «On a mis tous les moyens pour trouver M. Conings»
Belga Images

Le procureur fédéral était interrogé sur La Première (RTBF) sur les propos tenus par le président du comité de suivi des services de renseignement, dit « comité R », Serge Lipszyc. Dans le magazine Wilfried, il mettait en cause la volonté de favoriser des mouvements extrémistes, notamment d’extrême-droite, dans certaines strates de l’État et s’interrogeait sur la façon dont le dossier Jürgen Conings a été suivi. « Si Jürgen Conings s’était appelé Mustafa, je pense que les choses se seraient déroulées autrement », avait-il déclaré.

« J’ai un peu avalé de travers sur certains points », a réagi Frédéric Van Leeuw. « On peut continuer à épiloguer sur le fait que le cadavre (de Jürgen Conings) se trouvait à 150 mètres de l’endroit où on s’est arrêté, mais on a mis tous les moyens possibles pour essayer de le retrouver. J’étais quand même à la tête des opérations. Il ne bénéficiait d’aucune protection. Les questions à se poser, c’est plutôt sur l’attitude par rapport à des signes extérieurs d’extrême-droite. Et là, il y a peut-être un recadrage à faire. »

Serge Lipszyc sera auditionné mercredi après-midi à huis clos à la Chambre par la Commission spéciale chargée de l’Accompagnement parlementaire du Comité permanent de contrôle des services de Police et du Comité permanent de contrôle des services de Renseignements et de Sécurité.

Frédéric Van Leeuw était également interrogé sur la vaste opération anti-drogue menée à la suite du décryptage de messages cryptés via le logiciel SKY ECC. « Cela demande à la Belgique un effort jamais vu. Ça va demander pas mal de travail pour exploiter tous ces dossiers. C’est vraiment important que ce travail soit soutenu. Nous avons obtenu un renfort du ministère de la Justice, qui nous a payé des licences à la police fédérale pour un demi-million… mais c’est une goutte d’eau. Il est vraiment important de renforcer les effectifs de la police judiciaire », a indiqué le procureur fédéral parlant de « constat douloureux » à propos du budget fédéral 2022. « Les suites du dossier SKY mobilisent quelque 500 policiers judiciaires fédéraux, soit un cinquième des effectifs. C’est clair que cela se fait du détriment d’autres problématiques. »

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique