Démission de Bea Diallo à Ixelles: son successeur sera désigné samedi

Bea Diallo va devenir...ministre de la Jeunesse en Guinée !
Bea Diallo va devenir...ministre de la Jeunesse en Guinée ! - Belga

Le Belgo-guinéen, ex-champion de boxe, a décidé de remettre son mandat car il a accepté le poste de ministre de la Jeunesse ((Emploi, Formation professionnelle, Entrepreneuriat) et des Sports dans le gouvernement de transition de Guinée.

M. Diallo a indiqué aux instances du PS bruxellois que son choix d’accepter ce poste en Guinée impliquait nécessairement la remise de son mandat exécutif au sein du collège de la commune d’Ixelles. Le parti a donc pris acte et immédiatement informé le parti Ecolo partenaire de majorité à Ixelles.

Successeur pas encore pressenti

«Je ne suis pas vraiment surprise», a réagi Caroline Désir, l’autre ténor du PS ixellois. «Il a envie de mettre ses forces au service de son pays d’origine. Il est très inquiet de voir que les Guinéens forment la communauté la plus nombreuse parmi les demandeurs d’asile et il s’est dit qu’il pouvait contribuer à la transition démocratique.»

Quant à son successeur, « c’est l’assemblée générale du PS ixellois, convoquée ce samedi, qui décidera », ajoute la ministre de l’Enseignement. « On en profitera pour répartir les compétences de manière équilibrée. ». Par contre, le siège de conseiller communal laissé vacant par Bea Diallo devrait être repris par le jeune Mamoudou Kane (26 ans) , 37e sur la liste socialiste lors des élections de 2018.

L’ancien champion du monde de boxe Bea Diallo a accepté de participer au gouvernement de mission, d’union nationale et de transition guinéen mis en place par le président par intérim, le colonel Mamady Doumbouya, confirme un communiqué de presse de Bea Diallo transmis à Belga dans la nuit. Il précise qu’il devrait prendre ses fonctions dans les prochains jours. Actuellement en Guinée, il devrait, selon nos informations, normalement rentrer ce vendredi à Bruxelles afin d’acter officiellement sa décision auprès du collègue échevinal d’Ixelles et il deviendrait ministre mardi prochain.

Pourquoi il a accepté

«J’ai beaucoup appris durant mes mandats de député et d’échevin et je ne remercierais jamais assez mes collègues bruxellois, mes collaborateurs et surtout les électeurs. Je ne tire pas un trait sur mon engagement politique en Belgique. Mais les circonstances en Guinée sont telles et les défis là-bas tellement énormes que je me dois de répondre favorablement à cet appel», y explique M. Diallo. « Je l’ai toujours répété. Je ne veux plus voir mes compatriotes guinéens perdre leur vie en Méditerranée ou finir esclaves en Libye. C’est pourquoi après mûre réflexion avec mes proches, mon parti politique en Belgique et mes collègues à Ixelles, j’ai donc décidé de participer à ce gouvernement de mission. » Et il ajoute, précédant de possibles critiques à son égard. « D’aucuns, en Belgique, auront peut-être la critique facile à l’égard de ma décision mais je pense surtout que je porterai une fois de plus le savoir-faire et l’excellence belge en dehors du Royaume, comme je l’ai toujours fait ».

Ce qu’il espère faire

Les grands chantiers Bea Diallo au sein du gouvernement d’Union nationale et de Transition consisteront en la révision de la Constitution guinéenne, l’assainissement du fichier électoral et la mise en place d’une politique de redressement de l’emploi et de l’entrepreneuriat pour les jeunes ainsi que la préparation de la CAN 2025 qui aura lieu en Guinée.

Le PS bruxellois «souhaite à Bea Diallo ses meilleurs vœux de réussite au service des Guinéennes et des Guinéens, dans le cadre d’un processus démocratique à la hauteur des enjeux», assure pour sa part le socialiste belge Ahmed Laaouej. Bea Diallo «a depuis longtemps rendu public son attachement à la destinée de son pays d’origine qui traverse une passe difficile sur le terrain du développement et de la transition démocratique», ajoute-t-il.

Avant son engagement politique, Bea Diallo avait été champion de Belgique et du Benelux des poids moyens et champion intercontinental IBF (International Boxing Federation) de 1998 à 2004. Il a été député du parlement bruxellois de 2004 à 2019 et échevin de la commune d’Ixelles depuis 2006.

Il avait fait part en début d’année passée qu’il n’était pas candidat aux élections présidentielles en Guinée.

Après un putsch militaire

Le pays a depuis lors été marqué par un putsch en septembre dernier. Le chef de l’État Alpha Condé a été renversé par le colonel Mamady Doumbouya, désormais nouveau président de transition en Guinée. Celui-ci a nommé début octobre Mohamed Béavogui, un vétéran du développement, premier ministre de transition. Il sera donc appuyé par Bea Diallo, comme ministre de la jeunesse et des sports.

Le coup d’Etat dans le pays a fait un nombre indéterminé de vies humaines, les médias faisant état d’une dizaine à une vingtaine de morts.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)Ixelles (Bruxelles-Capitale)
Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES