L’agression d’Emile Beauwin avait été signalée par des habitants de son immeuble

Michel Den Hondt, un Hutois et Damien Nagy-Bonnecaze-Laborde.
Michel Den Hondt, un Hutois et Damien Nagy-Bonnecaze-Laborde. - Belga

Michel Den Hondt (48 ans) et Damien Nagy-Bonnecaze-Laborde (31 ans) sont accusés d’avoir commis les faits qui ont causé la mort d’Emile Beauwin, un Liégeois âgé de 59 ans souffrant de déficience mentale. Emile Beauwin s’était fait voler sa voiture et divers objets le 4 mai 2018 au matin. Son corps avait été retrouvé abandonné en pleine campagne à Bierset.

Les jurés ont pu entendre différents témoignages des habitants de l’immeuble dans lequel s’est déroulée l’agression initiale d’Emile Beauwin. C’est dans la partie au sous-sol, où se trouvent les garages, que la victime avait été agressée. Un des habitants avait prévenu la police lorsqu’il avait constaté, à son retour vers 13h30, une situation anormale. Cet homme avait découvert des traces de sang ainsi que de la poudre d’extincteur répandue dans les garages. Divers objets, comme des lunettes et des pièces de monnaie, ont aussi été découverts par les habitants de l’immeuble.

Selon le propriétaire de l’appartement occupé par Emile Beauwin, la victime souffrait d’une déficience mentale. Cela se reflétait dans sa présentation globale et notamment dans sa voix. Emile Beauwin était suivi par un organisme spécialisé. «Il disait aussi avoir gagné au tiercé et se prétendait en aisance financière», a indiqué le témoin.

Les jurés ont également pu entendre le témoignage de la compagne de Damien Nagy. Ce témoin a exposé avoir fait la connaissance de Damien Nagy en 2015, via Internet. Damien Nagy vivait en France et avait choisi de la rejoindre, puis d’emménager dans un appartement à Liège. Damien Nagy avait connu des problèmes d’obésité durant sa jeunesse et était actif dans des projets audio-visuels.

Ce témoin a décrit Damien Nagy comme un homme bienveillant, attentionné, altruiste, jovial et sympathique, incapable de la moindre méchanceté.

Le témoin a exposé que Michel Den Hondt était devenu leur voisin dans l’immeuble à appartements. Ils étaient en bons termes et entretenaient des relations d’amitié.

Interrogé sur ce qui s’est déroulé le jour des faits, le témoin a révélé que Damien Nagy avait subitement décidé de laver ses vêtements le matin des faits. Il disait avoir déplacé des meubles sales pour justifier ce lavage. Mais la compagne de Damien Nagy, a soutenu qu’elle n’avait rien constaté d’anormal dans son comportement le jour des faits.

L’audition de ce témoin a été perturbée lorsqu’il a fondu en larme et annoncé qu’il était incapable de s’expliquer plus en détails sur les événements qui se sont produits après le 4 mai 2018. Le témoin a reconnu avoir effacé certains messages et traces de conversations téléphoniques après les faits. «J’avais peur d’être impliqué dans une histoire dont je ne connaissais pas tous les éléments», a-t-il indiqué.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers liégeois