«La situation devient critique pour la bonne organisation des écoles», dit le Segec

«La situation devient critique pour la bonne organisation des écoles», dit le Segec
123RF

Au fondamental

Depuis le 12 novembre, l’absentéisme des enseignants est passé de 7 à 14 % et celui des élèves de 7 à 16 %. « La croissance du nombre d’enseignants et d’élèves absents a été particulièrement importante au cours de la semaine écoulée. Les taux d’absentéisme des enseignants comme des élèves dépassent désormais les maxima atteints le 22 mars dernier, à la veille des vacances de Pâques qui avaient été anticipées d’une semaine pour des raisons sanitaires », explique le patron du Segec, Etienne Michel. « La situation s’approche aujourd’hui d’un point que l’on peut considérer comme critique pour la bonne organisation des écoles fondamentales. Au 30 novembre, 281 classes étaient fermées dans l’enseignement catholique, contre 80 classes la semaine précédente. Le maximum de 372 classes fermées avait été enregistré le 23 mars dernier. »

Au secondaire

Les taux d’absentéisme des enseignants (9.7 %) et des élèves (9.9 %) sont beaucoup plus contenus qu’au fondamental et ils évoluent à un rythme beaucoup plus lent. « Ceci confirme l’asymétrie des évolutions observées depuis nombreux mois entre le fondamental et le secondaire », reprend M. Michel. « Il faut noter que l’interprétation des données doit tenir compte du renforcement des règles sanitaires, en particulier le fait que les classes doivent désormais être fermées à partir de 3 cas covid et non 4 précédemment.

La semaine précédente, le Segec avait déjà constaté une augmentation de près de 60 % des cas d’absentéisme dans les écoles fondamentales, comparaison faite sur trois semaines.

À noter que l’absentéisme ne concerne pas que les cas de Covid (même s’ils sont assurément nombreux). Bronchites, pharyngites, gastros…, les virus sont nombreux en cette période automnale.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Belgique