Coronavirus: l’UCM dénonce une gestion de crise «erratique»

Coronavirus: l’UCM dénonce une gestion de crise «erratique»
Belga

«Trois comités de concertation en deux semaines: ce n’est pas sérieux. Les mesures ne peuvent être efficaces que si elles sont justifiées, compréhensibles et réalistes. Ce n’est plus le cas», estime-t-elle.

L’UCM souligne que si les indicateurs de l’épidémie restent dans le rouge, leur progression n’est plus exponentielle. En effet, la croissance de tous les indicateurs est bien plus faible sur la dernière période de sept jours qu’elle ne l’était sur celle des sept jours précédents. «Le sommet de la quatrième vague serait en vue (...) et devrait être atteint d’autant plus rapidement que les restrictions décidées le 17 novembre, puis le 26 novembre, n’ont pas encore donné leur plein effet.»

«Dans le contexte actuel de football panique, de manque d’anticipation et de cohérence, il n’est plus question de prendre des mesures qui épargnent l’économie. Chaque Comité de concertation est anxiogène et sape le moral de la population. Une fermeture des écoles aurait évidemment de lourdes conséquences sur le monde du travail», poursuit l’UCM.

Selon elle, il n’est «pas pensable d’imposer à nouveau des restrictions» dans les secteurs déjà victimes de la crise depuis presque deux ans». «Le commerce et l’horeca se sont adaptés. Les métiers de contact ne semblent pas visés cette fois, alors qu’ils ont dû fermer il y a un an. Cela reflète la légèreté coupable avec laquelle on a parfois empêché des hommes et des femmes de travailler et de gagner leur vie», estime-t-elle.

L’Union rappelle aux décideurs politiques que si les épidémiologistes sont dans leur rôle en réclamant le retour à un «quasi-confinement», eux doivent prendre en compte d’autres paramètres.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique