Coronavirus en France: des possibles nouvelles restrictions sur la table lundi

Coronavirus en France: des possibles nouvelles restrictions sur la table lundi
Belga

«Le président de la République a décidé de convoquer un nouveau Conseil de défense et de sécurité nationale sur la crise sanitaire pour voir s’il y a lieu de prendre des mesures complémentaires dès lundi en fin de matinée», a déclaré le Premier ministre, lors d’une visite à l’hôpital d’Angoulême.

«La cinquième vague de la pandémie est particulièrement forte» et «la situation est préoccupante», a relevé M. Castex, en citant des chiffres orientés à la hausse, dont une «progression de 60% des cas constatés en une semaine».

«Nous restons extrêmement vigilants», a abondé le ministre de la Santé Olivier Véran, en s’appuyant sur les modélisations de l’Institut Pasteur qui promettent 3.000 malades du Covid en réanimation mi-décembre, contre près de 2.000 actuellement.

«Nous ne laisserons pas la pression monter trop haut» dans les hôpitaux, a souligné M. Véran, répondant à une question sur un possible retour des jauges dans les établissements recevant du public, à commencer par les cafés et restaurants.

En attendant, M. Castex a renouvelé ses appels à la vaccination, en assurant que «personne ne sera laissé sans possibilité de faire son rappel avant l’échéance du 15 janvier», date à laquelle le pass sanitaire commencera à ne plus être valable pour les personnes n’ayant pas reçu d’injection complémentaire dans les temps impartis.

«Il y a toutes les doses qu’il faut», a insisté le chef du gouvernement, en ajoutant que «de nombreux créneaux de rendez-vous vont ouvrir dans les prochains jours».

Depuis l’ouverture à tous les Français de plus de 12 ans de la dose de rappel jeudi dernier, «un total de 4,5 millions de rendez-vous ont été pris» s’est félicité M. Castex.

Il a également relevé que le nombre de premières injections repartait à la hausse, alors que six millions de Français éligibles, dont 1,2 million de plus de 65 ans, n’ont toujours reçu aucune dose.

Le Premier ministre effectuait d’ailleurs sa première sortie après dix jours d’isolement, ayant lui-même contracté le Covid la semaine dernière. «J’ai eu deux doses vaccinales, et ceci explique probablement le fait que je n’ai eu que des symptômes extrêmement légers», a-t-il fait valoir.

Lors de sa visite, M. Castex a également détaillé l’enveloppe de près de 1,3 milliard d’euros allouée à la Nouvelle-Aquitaine, dans le plan national de 19 milliards d’euros d’investissements sur 10 ans du Ségur de la Santé.

Au total, 158 établissements -hôpitaux comme EHPAD- bénéficieront d’une aide, qu’il s’agisse de rénovation, de nouveaux bâtiments ou de reprise de dette.

Le plus gros bénéficiaire sera le centre hospitalier universitaire de Bordeaux, qui a entamé de vastes chantiers de modernisation et recevra 326 millions d’euros de l’Etat.

Le service des urgences et la pharmacie de l’hôpital d’Angoulême toucheront six millions d’euros pour réhabiliter leurs locaux, dont la vétusté a été constatée jeudi par MM. Castex et Véran.

Ces investissements, ce sont «une question de dignité d’accueil pour les malades, de conditions de travail pour le personnels, et d’efficience du dispositif hospitalier», a martelé M. Castex.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde