Premier obstacle levé au Congrès américain pour éviter la paralysie de l’Etat fédéral

Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants.
Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants. - Belga

Mais cette loi doit encore être approuvée par le Sénat, où plusieurs élus républicains menacent de provoquer un «shutdown» pour protester contre les obligations vaccinales du gouvernement Biden.

Les élus de la Chambre des représentants ont approuvé une nouvelle loi de finances dans l’après-midi pour tenter d’éviter un assèchement soudain des ressources de l’Etat fédéral vendredi à minuit, qui forcerait des centaines de milliers d’employés au chômage technique.

Mais ce texte, fruit de longues négociations, doit désormais passer par l’étape du Sénat où une seule défection pourrait empêcher de l’adopter à temps, l’accord de tous les élus étant nécessaire pour passer au vote.

Or une poignée de républicains, la plupart très proches de Donald Trump, refusent cela pour l’instant, arguant que le texte contribuerait à financer le décret de Joe Biden qui oblige les employés des entreprises de plus de 100 personnes à se faire vacciner, et auquel ils s’opposent.

L’un d’entre eux, le sénateur Mike Lee de l’Etat très conservateur de l’Utah, a défendu sa décision jeudi.

«S’il faut choisir entre suspendre temporairement des activités non-essentielles et rester les bras croisés» face à ce décret vaccinal, a-t-il plaidé, «je soutiendrai les travailleurs américains, à chaque fois».

Ministères mais aussi parcs nationaux et une multitude d’organismes américains seraient touchés si la menace de ces élus était mise à exécution. Le «shutdown» de l’hiver 2018, le plus long en date, avait notamment affecté le contrôle des bagages dans les aéroports, une pagaille dont l’immense majorité des élus du Congrès ne veulent pas avant les fêtes.

«Tellement stupide»

Soucieux d’éviter cette situation très impopulaire chez les Américains, les responsables parlementaires des deux camps appellent les réfractaires à se raviser de toute urgence.

«C’est tellement stupide que des gens opposés à la science, à la vaccination, disent qu’ils vont bloquer l’Etat fédéral à cause de ça», a fustigé la présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi.

Malgré ces tractations, Joe Biden s’est montré confiant jeudi après-midi.

«Il y a une stratégie en place» pour éviter un «shutdown» a-t-il affirmé lors d’un déplacement, «sauf si quelqu’un décide d’avoir un comportement complètement insensé».

Il est certes très courant que des accords de toute dernière minute soient trouvés sur des budgets temporaires. Mais la situation était assez incertaine pour que plusieurs économistes commencent à chiffrer le prix de ce blocage éventuel, l’évaluant à quelques milliards de dollars par semaine.

Dette, armée, maternelle

L’urgence est double car les parlementaires doivent en parallèle s’atteler avant les fêtes à un cahier des charges tout aussi crucial.

En plus de cette loi de finances, les élus sont censés adopter un budget distinct consacré à la défense.

Plus urgent encore, ils ont jusqu’au 15 décembre pour relever la capacité d’endettement des Etats-Unis afin d’éviter le premier défaut souverain de la plus grande puissance économique mondiale.

Sans quoi l’Amérique pourrait se trouver à court d’argent et dans l’incapacité d’honorer ses paiements, une situation potentiellement catastrophique que les grandes puissances à travers le monde surveillent de près.

Si le Congrès parvient à se débarrasser de ces chantiers à temps, il pourra enfin débattre du gigantesque volet d’investissements sociaux et écologiques voulus par Joe Biden, ce que la Maison Blanche attend avec impatience.

Ce projet de 1.750 milliards de dollars, qui prévoit entre autres la maternelle gratuite pour tous et de copieux financements pour réduire les émissions américaines de gaz à effet de serre, est bloqué depuis des mois dans les limbes du Parlement américain.

Or Joe Biden compte désespérément sur ces mesures, très populaires auprès des Américains selon les sondages, pour relancer sa présidence.

Le chef de la majorité démocrate au Sénat s’est engagé à ce que ce texte soit adopté avant Noël. Ce scénario, comme tant d’autres au Congrès, reste pour l’instant très incertain.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde