La semaine de congé supplémentaire pour les enfants aura peu d’impact pour la Côte

La semaine de congé supplémentaire pour les enfants aura peu d’impact pour la Côte
Photonews

Les vacances d’hiver (Noël) vont être allongées d’une semaine pour les enfants de l’enseignement maternel et primaire mais la Côte ne s’attend pas à ce que cela ait beaucoup d’impact sur son occupation touristique, ressort-il d’un tour de table des bourgmestres de différentes communes et de l’office de tourisme provincial Westtoer.

Le Comité de concertation a décidé vendredi, dans la perspective d’enrayer la propagation du Covid-19, que les écoles de l’enseignement maternel et primaire devront fermer leurs portes le 20 décembre, soit une semaine plus tôt.

De quoi envisager davantage de touristes à la Côte ? Ce n’est pas l’avis des bourgmestres côtiers et du Westtoer étant donné que les parents, eux, devront toujours travailler. L’office de tourisme de la province de Flandre occidentale considère qu’il est difficile d’estimer la fréquentation pendant les congés hivernaux. «En principe, pas grand-chose ne change pour notre secteur. Nous craignions l’instauration d’une bulle et une heure de fermeture anticipée de l’horeca, ce qui aurait eu de grandes conséquences pour le tourisme côtier. Mais ces mesures ont été écartées pour le moment.»

Aucune ruée n’est ainsi attendue à Ostende le 18 décembre. «Beaucoup de personnes doivent encore travailler cette semaine-là. Comme Noël tombe au tout début des vacances, la semaine supplémentaire permettra peut-être de faire venir un peu plus de monde plus tôt», pronostique le bourgmestre d’Ostende Bart Tommelein. La Ville est cependant prête à une éventuelle foule. «Nous savons que beaucoup de gens viennent de toute façon à la Côte donc nous allons essayer de nous organiser au mieux en faisant attention aux mesures. La semaine supplémentaire offrira probablement une meilleure répartition» de la fréquentation.

Le bourgmestre de Blankenberge, Björn Prasse, partage cet avis. «Je pense que la plupart des gens ne sont pas prêts à prendre des risques. On le voit déjà dans l’horeca. Je doute que les gens affluent en masse à la Côte.»

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique