Rien ne va plus dans la prostitution: les clients refusent de payer par carte!

Rien ne va plus dans la prostitution: les clients refusent de payer par carte!
Belga

Le propriétaire d’un immeuble destiné à la prostitution à Anvers se plaint de la façon dont les clients payent les services de ses employées. En effet, il semblerait que nombreux sont ceux qui refusent de payer par carte bancaire. Un mode de paiement qui pose dès lors des soucis…

« Notre compte chez ING Belgique est bloqué depuis deux mois. Nous avons poursuivi la banque en justice. Le plus drôle, c’est que nous sommes également client d’ING aux Pays-Bas, et il n’y a aucun problème là-bas. Parce que la prostitution est socialement plus acceptable aux Pays-Bas et que les clients paient avec Bancontact », raconte-t-il auprès de GVA.

L’homme de 72 ans a déposé une plainte contre ING Belgique. Trois autres propriétaires anversois qui se sont déjà retrouvés dans la même situation ont eu raison face à la justice et ont vu leur compte débloqué.

Werner van Bertem, conseiller juridique de la société « Azure », s’exprime à ce sujet : « Une entreprise de prostitution ne peut s’empêcher que l’argent du secteur vienne principalement en espèces. Les clients ne veulent tout simplement pas qu’une visite de prostitution soit lue à partir de leur relevé de compte numérique ».

Il ajoute qu’« il est complètement injuste que les banques ne prennent même pas la peine d’enquêter pour savoir si l’argent d’une entreprise de prostitution provient d’une source fiable. Ils ne veulent tout simplement pas assumer ces coûts. Ce problème est beaucoup moins important aux Pays-Bas qu’en Belgique. Même si les clients des prostituées aux Pays-Bas paient en espèces, il n’y a pas de problème en soi, car les banques aux Pays-Bas ne peuvent pas mettre fin à une relation client existante sans une bonne raison. C’est possible en Belgique ».

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Anvers (prov. d'Anvers)Bertem (Brabant flamand)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Belgique