Taylor Harwood-Bellis ravi d’avoir travaillé avec Vincent Kompany à Anderlecht

PhotoNews
PhotoNews

Taylor Harwood-Bellis n’aura pas laissé une trace indélébile au Parc Astrid. Prêté l’été dernier par Manchester City, le défenseur central ne sera reste que six mois à Anderlecht, ayant, dit-il, beaucoup appris sous les ordres de Vincent Kompany. Une opportunité unique pour le principal intéressé, un rêve même.

« Le fait que le coach soit une légende à Manchester City, que j’ai toujours admiré, a évidemment aidé, mais il était comme ça avec tout le monde », avouait le joueur anglais, dans une interview accordée au média local StokeonTrentLive. « Ce n’était pas seulement avec moi ou avec un ou deux joueurs, mais avec tous les joueurs de l’équipe et ceux qui sortent de l’académie. Il prenait toujours le temps d’essayer d’améliorer les joueurs et je n’ai aucun doute sur le fait qu’il sera un très bon coach. »

À Anderlecht, Taylor Harwood-Bellis a poursuivi son développement personnel. Et a aussi eu l’occasion de découvrir le championnat de Belgique, une compétition qu’il ne connaissait pas vraiment à son arrivée. Si le jeune élément de 20 ans fut titulaire au début de son aventure noire-jaune-rouge, il a perdu, au gré des semaines, sa place au cœur de la charnière mauve, au profit de Lisandro Magallan. Pas de regret, néanmoins, dans son chef. « C’était une expérience brillante en Belgique, sous la direction d’un entraîneur qui m’a aidé dans certains détails comme la forme du corps, le positionnement et la défense en général. Maintenant, si je peux prendre ces qualités et continuer à apprendre de joueurs expérimentés avec lesquels je joue maintenant, c’est la clé du succès. »

Un prêt à Stoke City

Après avoir disputé 19 matches sous la tunique bruxelloise (dont 16 en D1A), le talentueux défenseur est revenu chez son employeur… avant d’être de nouveau prêté. Cette fois, à Stoke City. « Vers la fin du mois de décembre, à Anderlecht, je ne jouais pas autant que je le voulais. J’ai joué beaucoup de matches au début mais, en tant que jeune joueur, je dois encore apprendre mon métier et cela ne se fait pas seulement à l’entraînement », révèle celui qui rêve de faire carrière chez les Skyblues. « J’ai parlé à quelques joueurs et à quelques personnes qui connaissent Stoke, mais la personne la plus importante à qui j’ai parlé était le coach. Nous avons eu une discussion qui s’est très bien passée et je savais que je voulais venir ici et jouer. »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Anderlecht (Bruxelles-Capitale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Tout le foot amateur et chez les jeunes

Aussi en SC Anderlecht