Vincent Kompany: «On a le droit de fêter ça comme un titre»

Vincent Kompany: «On a le droit de fêter ça comme un titre»
News

Vincent Kompany a longtemps célébré la qualification pour les PO1 avec les supporters mauves présents à Courtrai. Il sait que le moment était extrêmement important pour l’avenir du Sporting.

Vincent Kompany, on vous avait rarement vu aussi soulagé et heureux que ce dimanche, au coup de sifflet final…

Cette qualification pour les play-offs 1 est super importante pour le club. Nous devons absolument en profiter et la fêter. Je veux d’ailleurs que mes joueurs célèbrent ce moment. Il y a assez de choses graves et tristes qui se passent actuellement dans le monde. Ce ticket pour les PO1, c’est une très belle performance. N’oublions pas qu’Anderlecht n’a plus du tout les mêmes moyens qu’à l’époque où j’y étais encore joueur. Alors, oui, nous sommes très heureux aujourd’hui. Je sais que ça peut paraitre atypique de fêter cette qualification comme un titre, mais ce fut tellement compliqué ces dernières années ! Cela dit, dès ce lundi, nous allons nous remettre au travail pour préparer notre finale de Coupe. Et, même si nous gagnons la finale, nous bosserons ensuite encore plus dur pour le premier match des play-offs.

Comment expliquez-vous la nervosité qui a manifestement paralysé vos joueurs dès le début de la rencontre ?

Je ne parlerais pas de nervosité en début de match mais plutôt à partir du moment où Courtrai est revenu à 2-3. En début de rencontre, pendant vingt minutes, les Courtraisiens étaient tout simplement meilleurs que nous sur les deuxièmes ballons. Ils méritaient de mener 1-0. Heureusement, ils ont commencé à reculer après cette ouverture du score et nous sommes rentrés dans le match. Ce ne fut vraiment pas facile mais, mentalement, j’ai vu énormément de bonnes choses de la part de mon groupe.

Contrairement à ce que l’on pensait, celui-ci n’a pu reproduire la démonstration signée une semaine plus tôt contre Charleroi…

Théoriquement, il était prévu que nous commencions aussi fort que contre les Carolos, mais ce ne fut pas possible. Trois belles actions amenant trois buts, dans lesquels furent notamment impliqués Refaelov, Kouamé, Zirkzee et Ait El Hadj nous ont sauvés. Sans oublier Van Crombrugge. Nous avons fait beaucoup de pas en avant cette saison, avec nettement plus de buts et de points que l’an passé.

Vous aurez un avantage psychologique indéniable, lundi prochain en finale, par rapport à des Gantois éjectés in extremis des play-offs 1…

Je n’en suis pas sûr. Je suis par contre convaincu que l’avantage psychologique pourra venir d’une bonne préparation.

Le bémol de cette soirée courtraisienne est la sortie sur blessure de Sergio Gomez…

On verra, mais je ne pense pas que ce soit grave. Sergio a joué beaucoup de matches, tant pour Anderlecht que pour son équipe nationale. Un peu de surcharge est logique. Je nourris les mêmes espoirs de voir Veschaeren et Ashimeru également retapés pour la finale. Mais je ne peux malheureusement pas encore en être sûr à 100% aujourd’hui.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Tout le foot amateur et chez les jeunes

Aussi en SC Anderlecht