Quel dénouement après le match interrompu entre l’Union SG et le Beerschot?

Quel dénouement après le match interrompu entre l’Union SG et le Beerschot?
Photo News

L’Union Saint-Gilloise va-t-elle remporter les trois points du match face au Beerschot sur tapis vert ? Alors que le leader du championnat était en difficulté, à domicile face à la lanterne rouge lors de la dernière journée de la phase classique, et que le score était de 0-0 à moins de dix minutes du terme, des supporters anversois ont provoqué l’interruption définitive du match en lançant des fumigènes et en pénétrant sur le terrain. Ce lundi, la Pro League a même réagi en infligeant une sanction de 50.000 euros au Beerschot. « Le rapport du délégué confirme que les supporters du Beerschot étaient la cause de la fin prématurée du match », a déclaré Lorin Parys, nouveau président de la Pro League.

Selon le règlement, même si le score était de 0-0 à quelques minutes de la fin de la rencontre, les Unionistes devraient logiquement l’emporter sur tapis vert. « Lorsque l’arbitre arrête définitivement le match en raison de débordements survenus en dehors de l’aire de jeu, le match sera perdu par forfait par le club dont les supporters sont responsables », mentionne le règlement fédéral. À moins que l’Union Saint-Gilloise ne soit jugée partiellement responsable de l’incident, ce qui semble peu probable, une reprise de la rencontre n’est donc pas à envisager.

Quel timing pour la décision ?

Cet arrêt définitif a pour conséquence de jeter un voile d’incertitude quant au nombre de points avec lesquels l’Union va débuter les Champions’ playoffs le 24 avril. Une victoire unioniste sur tapis vert permettrait au leader de compter trois points d’avance sur le Club de Bruges à l’entame des six journées des playoffs. La Pro League et son président espèrent une rapide issue

« Il est dans l’intérêt des supporters et des clubs d’avoir le plus rapidement possible de la clarté sur ces points, avec le début des playoffs en vue », a dit Lorin Parys.

Le parquet de l’Union belge de football dispose de sept jours à compter du jour du match pour introduire une action fédérale sur base du rapport du délégué du match. Le Conseil Disciplinaire doit ensuite convoquer les parties au moins 7 jours à l’avance. Les parties disposent encore d’une possibilité d’appel devant la CBAS.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruges (Flandre occidentale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Tout le foot amateur et chez les jeunes

Aussi en Union Saint Gilloise