Sud Radio évincé du concert de la ducasse de Mons: «Je vais interpeller le ministre»

Georges-Louis Bouchez va interpeller le ministre.
Georges-Louis Bouchez va interpeller le ministre. - Belga / E.G.

Depuis l’annonce de l’éviction de Sud Radio pour l’organisation du concert du Doudou au profit de la RTBF, les réactions se multiplient. Le chef de file de Mons en Mieux Georges-Louis Bouchez, également président du MR, va interpeller Pierre-Yves Jeholet le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles quant au rôle de la RTBF. « Ils devraient soutenir les acteurs locaux et non les concurrencer. C’est une radio locale qui l’a toujours organisé et cela ne coûtait rien à la ville. C’est regrettable », explique Georges-Louis Bouchez.

«J’assume totalement mes propos», dit Georges-Louis Bouchez.
«J’assume totalement mes propos», dit Georges-Louis Bouchez. - Belga

Selon Georges-Louis Bouchez, il s’agit d’un règlement de comptes entre le bourgmestre Nicolas Martin et Natacha Delvallée, la directrice de la société éditrice de Sud Radio. « Je regrette l’attitude de Nicolas Martin. Natacha Delvallée s’est opposée à des projets d’extension et donc, il règle ses comptes en empêchant Sud Radio d’organiser le concert de la ducasse », affirme-t-il.

Le concert, rendez-vous incontournable de la ducasse.
Le concert, rendez-vous incontournable de la ducasse. - Archives / E.G.

« Un prétexte »

Autre élément qui soulève l’interrogation du chef de file de Mons en Mieux : le coût. « Ce concert qui était auparavant gratuit va maintenant nous coûter 60.000 € », dit-il. « Je ne vois pas l’intérêt de téléguider l’événement. C’est un pur prétexte pour évincer Sud Radio et non pour augmenter l’audience. De plus, la Grand’Place est déjà remplie en temps normal. Tout ce que l’on risque, c’est de devoir écarter le public et peut-être, d’en refuser certains. »

Georges-Louis Bouchez a également interpellé la RTBF afin de connaître la justification de concurrence d’acteurs économiques locaux de longue date. Dans ce dossier, qui suscite beaucoup de réactions véhémentes, le président du MR n’y va pas avec le dos de la cuillère et attaque frontalement le bourgmestre. « Il n’y avait aucune raison valable de ne pas permettre à Sud Radio de répondre au marché d’attribution du concert. Nicolas Martin démontre encore une fois un petit esprit et une légèreté avec l’argent public. Après les « toilettes en or », les guirlandes de Noël à un million, les scan car deux fois plus chères qu’ailleurs, le bourgmestre prouve encore qu’il est ici mauvais gestionnaire de l’argent des Montois. »

Le président du MR explique également qu’il a été indigné en lisant le communiqué de la Ville au sujet de Sud Radio : « Ils dénigrent très clairement la radio. »

Mons évince Sud Radio pour le concert du Doudou: «Il était temps de se renouveler»

Sud Radio, c’est fini
Sud Radio, c’est fini - E.G.

La Ville de Mons réagit ce vendredi au communiqué de Sud Radio, qui a officiellement été écartée de l’organisation de son traditionnel concert du Doudou. Si la radio n’était pas tendre avec la Ville de Mons, celle-ci n’est pas tendre en retour : « L’argent public sera mieux utilisé avec la RTBF qu’avec Sud Radio », dit-elle.

« Tout d’abord, la Ville rappelle un principe élémentaire : la Grand’Place de Mons n’appartient pas à Sud Radio. Et le Doudou encore moins. La Ville est fière de son folklore et veut le promouvoir. Chacun le sait et l’a constaté : le concert s’essoufflait depuis de nombreuses années. Le collège actuel avait donné une dernière chance à Sud Radio de rectifier le tir en 2019, mais au final, rien n’avait changé », constate amèrement la Ville.

La Ville se dit surprise de lire que Sud Radio « offrait le concert » aux Montois. « Tout le monde le sait bien à Mons, aucune société privée ne fait preuve de philanthropie dans une telle organisation… Un simple coup d’œil sur les affiches des années précédentes le démontre aisément (où sont repris les partenaires du concert), que Sud Radio bénéficiait de financements publics, para publics et privés importants pour organiser son concert. »

« Plus à la hauteur »

Selon la Ville, l’organisation générale du concert, autant dans la promotion, la diffusion, le rayonnement et l’affiche « répétitive proposée ces dernières années » n’était plus à la hauteur. « Chacun en convient et de nombreux Montois l’ont d’ailleurs évidemment constaté. Mons était en droit d’attendre un événement musical plus qualitatif et plus conforme aux attentes de la population », ajoute la Ville de Mons.

La volonté de la Ville était d’une part, respecter la légalité en organisant un marché public, d’autre part augmenter le rayonnement de Mons et de sa ducasse dans tout le pays et enfin, disposer d’une tête d’affiche plus connue pour un concert d’envergure.

« Grâce à l’offre proposée par la RTBF, la Ville se félicite d’avoir trouvé une solution à ses trois demandes. La ducasse va disposer d’une présence forte sur toutes les antennes de la RTBF durant tout le week-end de la ducasse, ce qui est bon pour l’attractivité de la ville et de ses habitants ainsi que pour l’image touristique de Mons. Cette année, le concert disposera enfin d’une tête d’affiche populaire et connue nationalement du grand public. Cette montée en puissance sera plus conforme aux moyens publics investis que ça n’était le cas jusqu’à présent. Et enfin, Sud Radio prétend être un média national, mais les audiences prouvent le contraire : 0,6 % contre plus de 35 % à la RTBF », lâche encore la Ville.

Pour la Ville de Mons, « il était donc temps de se renouveler et de faire évoluer la formule, de la faire monter en puissance et de donner à l’ensemble de la ducasse une visibilité plus forte en Belgique », conclut-elle.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Mons (Hainaut)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE MONS-BORINAGE