Au Cœur du Standard: «Il faudra 2 à 3 ans pour stabiliser le club» (vidéo)

Vidéo
Le journal du Standard.
Le journal du Standard. - Créative

Les infos sur le prochain directeur sportif, les transfers, les nouvelles d’un ancien (Michy Batshuayi), le programme de reprise… tout est dans ce journal du Standard.

Dans cette émission inédite, notre invité de la semaine est José Riga, ex-coach du Standard de Liège. Il livre ses impressions à 3 affirmations :

1. Le Standard ne sera pas un candidat au top 4 la saison prochaine.

« Le football nous a habitués à de grandes surprises, note-t-il. Il suffit de se rappeler Leicester ou encore l’Union cette année. Je pense que le top 4, ce n’est l’objectif qu’il faut viser directement. Avant de penser au classement final, il faut voir d’où on part. Il y a du boulot et pour construire quelque chose de solide, il faut commencer par les fondations et non par le toit. Il faudra à mon avis 2 ou 3 ans pour stabiliser le club. Cela ne veut pas dire qu’il ne peut pas y avoir une victoire en coupe durant cette période ou un résultat dans le top 4. Je le souhaite évidemment pour le Standard mais se mettre la pression d’un résultat immédiat alors qu’il y a tellement à faire. »

2. Arnaud Bodart doit retrouver sa place de nº1 au Standard.

« Je suis d’accord mais avec certaines nuances. Arnaud Bodart est un des rares à avoir assumé du début à la fin. On lui a octroyé le capitanat, une nouvelle responsabilité sur les épaules. Arnaud n’a pas craqué sur ses qualités sportives, il a craqué en raison de toutes ses responsabilités qui lui incombaient. Pouvoir attirer dans le sillage les joueurs, pouvoir les motiver… cela a été trop à un moment donné. La préparation d’avant-saison va permettre au nouveau staff de prendre ses décisions. Avant le coup d’envoi, il faudra trancher ».

3. Le prochain entraîneur du Standard devra avoir les pleins pouvoirs dans la construction de sa nouvelle équipe.

« Si je dis oui, c’est une réponse utopique qui n’est plus réalisable de nos jours (rires). Je pense que la première étape, ce n’est pas l’entraîneur qui doit choisir ses joueurs mais le club et les responsables de trouver le bon entraîneur pour le Standard. Je prends l’exemple d’un Jurgen Klopp qui est arrivé à Liverpool avec une mentalité qui correspondait parfaitement au club. Il faut un entraîneur qui corresponde aussi avec l’image que les supporters ont de leur club. »

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Tout le foot amateur et chez les jeunes

Aussi en Standard