Affaire Valtònyc: le rappeur ne sera pas extradé vers l’Espagne

Belga
Belga

Josep Miquel Arenas Beltran, de son vrai nom, a été reconnu coupable en 2017, devant la cour des Baléares, d’apologie du terrorisme, insultes à la Couronne et menaces de mort envers des personnalités politiques. Le délai pour le début de l’exécution de sa peine avait été fixé au 24 mai 2018 mais le rappeur avait entretemps gagné l’étranger avant de réapparaître sur une photo prise dans le centre de Gand en compagnie d’un membre de sa famille et postée sur Twitter. Valtònyc, visé par un mandat d’arrêt européen reçu par le parquet de Flandre orientale, s’était ensuite rendu à la police avant d’être libéré sous conditions par un juge d’instruction.

Une cassation possible

La chambre du conseil avait décidé en septembre 2018 que le rappeur ne devait pas être extradé. Mais le parquet avait fait appel de cette décision, obligeant la chambre des mises en accusation de Gand à se pencher sur l’extradition. Il avait finalement été convenu de ne pas livrer le rappeur à l’Espagne.

Cependant, en janvier dernier, la Cour de cassation avait partiellement cassé l’arrêt de la chambre des mises en accusation de Gand (pour la partie concernant les insultes à la couronne espagnole). Mardi matin, cette dernière a de nouveau décidé de ne pas remettre Valtònyc à l’Espagne. Le ministère public peut, toutefois, se pourvoir en cassation.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Gand (Flandre orientale)province de Flandre orientale

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique