De Namur à Middelkerke, puis arrêtés avec un cadavre: plus de 60 témoins au procès

Les faits s’étaient déroulés dans un camping de Middelkerke en 2017.
Les faits s’étaient déroulés dans un camping de Middelkerke en 2017. - D.R.

Une audience préliminaire s’est tenue jeudi matin dans le cadre du procès devant la cour d’assises de Flandre occidentale de l’assassinat commis dans un camping de Middelkerke. Il est ressorti que plus d’une soixantaine de personnes seront appelées comme témoins.

Alain Deltrude (47 ans), Julien Butera (32) et Romuald Verburgh (35) devront répondre de l’assassinat de Mihael Parrent, le 6 décembre 2017 à Middelkerke.

Dans la nuit du mercredi 6 au jeudi 7 décembre 2017, dans la Spermaliestraat, la police de Middelkerke a contrôlé un véhicule suspect avec trois personnes à son bord. Le corps sans vie et presque décapité de Mihael Parrent, âgé de 37 ans et originaire d’Ostende, a été découvert dans le coffre de la voiture. L’enquête a révélé que la victime portait des traces de coups et avait reçu plusieurs coups de couteau. Le bas du corps, au niveau du pubis, présentait également des traces de brûlures.

Deux autres suspects ont été arrêtés dans un camping voisin. Julien Butera et Alain Deltrude ont été interpellés par le juge d’instruction pour suspicion d’assassinat et recel de cadavre, tout comme Romuald Verburgh. Jusqu’à présent, ce dernier prétend que, malgré sa présence dans la caravane, il n’a rien à voir avec l’assassinat.

Bruno C., originaire de Fosses

Cependant, c’est bien Romuald Verburgh qui a contacté une amie à l’époque pour « résoudre un problème ». Kelly D. (25 ans) s’est rendue de Namur à Middelkerke avec Bruno C. (45), son compagnon du moment, originaire de Fosses-la-Ville. Ils étaient tous les trois dans la voiture dans laquelle se trouvait le cadavre.

Kelly D. et Bruno C. ont déjà été condamnés par le tribunal correctionnel de Bruges respectivement à 120 heures de travaux d’intérêt général pour recel de cadavre et à 15 mois de prison avec sursis.

En novembre 2019, Romuald Verburgh a été libéré sous conditions par la chambre des mises en accusation de Gand, en attendant de comparaître devant la cour d’assises.

Début du procès le 23 septembre

Comme à chaque fois lors de l’audience préliminaire, les listes des témoins des différentes parties ont été composées. Il s’est avéré qu’environ une soixante de personnes seront appelées tout au long du procès. L’avocat de Romuald Verburgh a suggéré que le père de son client ne soit entendu comme témoin de moralité qu’à la fin du procès. L’homme est par contre considéré comme témoin des faits par le ministère public, car il a eu un contact téléphonique avec son fils le soir des faits. Par ailleurs, concernant le témoignage de Kelly D. et Bruno C., une objection a été formulée par la défense de Julien Butera. L’avocat craint que leur témoignage ne soit pas objectif en raison de leur propre implication.

La liste des témoins ainsi que l’agenda du procès seront prononcés le jeudi 23 juin par le président Bart Meganck. Le jury populaire sera constitué le lundi 19 septembre dans l’après-midi. Le procès en lui-même débutera le vendredi 23 septembre avec la lecture de l’acte d’accusation par le procureur Serge Malefason. Les trois accusés encourent la réclusion à perpétuité.

Belga

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers