Alaphilippe sur le Tour ? «Je le souhaite, mais il y a l’inconnue sur ma condition»

Photonews
Photonews

Julian Alaphilippe « souhaite faire » le Tour de France qui s’élance vendredi du Danemark, a indiqué, en amont des Championnats de France à Cholet, le double champion du monde vendredi, deux mois jour pour jour après sa grave chute

« Je souhaite faire le Tour, bien sûr, mais il y a aussi l’inconnue sur ma condition et puis la sélection (au sein de son équipe Quick-Step, ndlr) se passe aussi plus haut », a expliqué le puncheur qui revient d’un hémopneumothorax et de multiples fractures (côtes et omoplate), subis lors de sa chute dans Liège-Bastogne-Liège.

Porteur du maillot jaune de la Grande boucle lors de ses trois dernières éditions, Julian Alaphilippe n’a pu effectuer que trois semaines de véritable entraînement en amont de la course en ligne des Championnats de France dimanche qui marquera son retour, selon son entraîneur et cousin Franck Alaphilippe.

« Il y a plusieurs options, me mettre sur le Tour, ça peut être bien, ou prendre plus de temps pour que je revienne correctement » a listé « Alaf », qui a fêté ses 30 ans début juin.

« Je suis tombé malade quelques jours après le stage, en rentrant, donc j’ai encore loupé quelques jours d’entraînement », a ajouté le sextuple vainqueur d’étape du Tour. « C’est aussi ça un peu l’incertitude. Si je me réfère à ce que j’ai pu faire comme travail pendant ce long stage, je suis content. »

Vainqueur une fois cette saison, d’une étape du Tour du Pays basque début avril, Alaphilippe n’a « pas fait spécialement de gros blocs d’entraînement » depuis la fin de sa convalescence. « J’ai repris mon rythme sans forcément vouloir suivre les autres », a décrit le porteur de l’étoffe dorée pendant quatorze jours lors du Tour 2019.

À l’écouter, la chute du 24 avril lui a laissé de légères appréhensions auparavant absentes. « Ce n’est pas que j’ai peur, mais je l’ai vu dans certaines descentes, certaines choses ont peut-être un peu changé », a lâché la tête d’affiche de Quick-Step.

« Je ne pense plus à la chute, mais je n’ai pas recouru donc je ne sais pas comment ça va se passer dans le peloton, quand ça va descendre vite ou quand il y aura des coups de frein. Ce sont peut-être des choses qui vont paraître bizarres au début, anticipe-t-il. C’est pour ça aussi que je suis là, pour reprendre des automatismes, pas seulement pour voir où j’en suis physiquement. »

La sélection de son équipe pour la Grande boucle 2022 doit être annoncée en début de semaine.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Liège (prov. de Liège)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Cyclisme