Variole du singe: un premier cas confirmé chez un enfant en France

Variole du singe: un premier cas confirmé chez un enfant en France
Belga

L’Agence régionale de Santé (ARS) Île-de-France a publié samedi 25 juin un communiqué indiquant qu’un premier cas de variole du singe avait été détecté chez un enfant, «  scolarisé dans une école primaire de la région parisienne ». «  Des mesures ont été prises avec l’Éducation nationale et un message a été adressé aux parents des enfants contacts à risque de l’école fréquentée par l’enfant  », ajoute l’ARS.

Un deuxième cas est hautement probable dans la même fratrie, écrit La Voix du Nord.

Des cas bénins

Jusqu’ici, le virus n’avait touché que les adultes : Santé Publique France avait signalé 330 cas au 23 juin à 14h dont 227 en Île-de-France. Jusqu’ici, 14 cas sont signalés dans les Hauts-de-France.

«  On a beaucoup insisté sur le fait que le virus circulait chez des hommes qui avaient des relations sexuelles avec d’autres hommes, mais peut-être pas assez sur le fait que ce n’était pas une maladie dont la transmission est uniquement sexuelle. Elle se transmet par contact rapproché, tout le monde donc peut être touché, enfant compris  » a indiqué le professeur Robert Cohen, pédiatre infectiologue à l’hôpital de Créteil (Val-de-Marne) au journal Le Parisien.

Les caractéristiques et la contagiosité de cette maladie font qu’elle peut également toucher des enfants dans un cadre familial par le partage des linges, pièces de vie, par les couverts, notamment, a ajouté l’ARS dans son communiqué.

Le risque de transmission, pour l’ensemble de la population, est évalué comme faible, est-il également indiqué dans le même communiqué, qui précise que les cas rapportés en France et en Europe survenus jusqu’à présent sont bénins.

Samedi 25 juin, le chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé que la flambée mondiale de variole du singe était une menace sanitaire dont l’évolution était très inquiétante, sans atteindre pour le moment le stade d’une urgence sanitaire mondiale.

Connue chez l’être humain depuis 1970, la variole du singe ou « orthopoxvirose simienne » est une maladie considérée comme rare. Elle se traduit d’abord par une forte fièvre et évolue rapidement en éruption cutanée, avec la formation de croûtes. Le plus souvent bénigne, elle guérit généralement spontanément après deux à trois semaines.

Elle est en général due à un virus transmis à l’être humain par des animaux infectés. Mais dans la flambée actuelle, la transmission interhumaine est au premier plan.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde