Un Liégeois avait menacé de couper la tête de policiers pendant le confinement

Le prévenu a été contrôlé alors qu’il circulait en voiture pendant le confinement.
Le prévenu a été contrôlé alors qu’il circulait en voiture pendant le confinement. - Belga Photo prétexte

En avril 2020, durant la première période de confinement liée à la pandémie, le prévenu avait été surpris à Herstal alors qu’il circulait en voiture malgré l’interdiction en vigueur. L’homme s’était montré très nerveux à l’égard des policiers et avait proféré des insultes. Ses propos avaient dérivé vers des menaces précises envers les policiers, puisqu’il avait menacé de leur couper la tête.

Regrets sur les faits

Le prévenu avait d’abord été jugé par défaut et condamné pour ces faits d’outrage à une peine de 6 mois de prison. Lors de la procédure d’opposition, il a formulé des aveux et des regrets sur les faits, exposant au tribunal qu’il s’était énervé parce que sa compagne était enceinte et qu’il se trouvait sous pression à l’époque des faits. Il a contesté toute intention de s’en prendre à l’intégrité des policiers.

La zone de police de Herstal s’est constituée partie civile contre le prévenu. «Ces constitutions de partie civile sont désormais systématiques contre les personnes qui menacent de s’en prendre à l’intégrité de policiers», a prévenu Me Godin.

Le parquet a sollicité une peine de travail contre le prévenu.

Le jugement sera prononcé le 12 août.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Herstal (prov. de Liège)Liège (prov. de Liège)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers liégeois