Trudeau nomme à la Cour suprême du Canada une première juge autochtone

Trudeau nomme à la Cour suprême du Canada une première juge autochtone
Belga Image

Membre abénakise de la Première Nation d’Odanak, au Québec, Mme O’Bonsawin est également « parfaitement bilingue » en français et en anglais, ce à quoi Justin Trudeau s’était engagé à l’heure où la pratique du français est en recul au Canada, selon de récentes données officielles.

« Je suis heureux d’annoncer la nomination de la juge Michelle O’Bonsawin à la Cour suprême du Canada, une instance reconnue dans le monde entier pour sa solidité, son excellence et son indépendance », a déclaré le Premier ministre Trudeau dans un communiqué.

Juge à la Cour supérieure de justice de l’Ontario depuis 2017, Mme O’Bonsawin s’est spécialisé tout au long de sa carrière dans de nombreux domaines dont ceux de la santé mentale et des droits de la personne.

« En tant que femme autochtone ayant grandi dans le nord de l’Ontario, j’ai pris conscience du besoin de personnes dévouées pour offrir une voix forte et représentative à ceux qui ne peuvent pas parler pour eux-mêmes », a écrit la juge dans son questionnaire de candidature rendu public par le gouvernement.

Une procédure, non-contraignante, doit encore avoir lieu d’ici fin août devant le Parlement avant qu’elle ne prenne ses fonctions.

La nomination de Michelle O’Bonsawin est la deuxième consécutive à marquer l’histoire de la Cour suprême. L’année dernière, Mahmud Jamal est devenu la première personne non blanche nommée à la Cour.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Membre (c.f. Vresse-sur-Semois)Vresse-sur-Semois (prov. de Namur)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Politique