Chloé Stévenin affirme qu’elle s’est défendue de l’agression de Thierry Vanderveck

Chloé Stévenin affirme qu’elle s’est défendue de l’agression de Thierry Vanderveck

Thierry Vanderveck avait été tué d’un coup de couteau porté dans le cœur le 10 décembre 2017 à Herstal. Chloé Stévenin (23 ans) lui avait porté ce coup de couteau lors d’une dispute. Elle était âgée de 19 ans au moment des faits et elle avait entretenu une liaison avec Thierry Vanderveck, âgé de 41 ans.

Le président Philippe Gorlé a procédé à l’interrogatoire de l’accusée. Chloé Stévenin affiche des réticences à comparaître devant la cour d’assises. Ses avocats ont été contraints de la convaincre de participer volontairement à son procès.

L’accusée a précisé qu’elle n’entretient plus aucun rapport avec sa mère, dont elle porte le nom. « Elle m’a laissé tomber. Pour moi, elle est morte. C’est une alcoolique et une droguée qui ne s’occupe pas de ses enfants », a précisé l’accusée. Chloé Stévenin a eu peu de rapports avec son père. Elle dit avoir vécu 18 mois avec lui, mais elle affirme avoir été battue et violée par cet homme qui lui a aussi appris à voler des voitures.

Chloé Stévenin a évoqué différents faits violents qui ont émaillé sa jeunesse, comme une tentative d’égorgement avec un couteau sur sa mère, une menace d’égorger un dealer ou des faits de prostitution à l’âge de 15 ans pour financer une importante consommation de cocaïne, d’héroïne et de cannabis. Les services de police ont présenté une longue liste d’interventions pour mineure en fugue. Chloé Stévenin a aussi fait une tentative de suicide en raison de son mal de vivre.

L’accusée a précisé que c’est à l’époque où elle se prostituait qu’elle avec fait la connaissance de Thierry Vanderveck. Il disait vouloir la protéger et la sortir de ce milieu. Ils ont entretenu une relation amicale qui, selon l’accusée, est devenue sentimentale. Chloé Stévenin aurait vécu avec Thierry Vanderveck sur sa péniche. Il se serait montré violent et aurait menacé de la tuer. Il l’aurait aussi violée à deux reprises. Après leur rupture, Chloé Stévenin affirme que Thierry Vanderveck la relançait et la harcelait dans l’espoir de la récupérer.

L’accusée a exposé que, le jour des faits, il s’était présenté au domicile de sa mère pour tenter de la récupérer. Elle dit s’être réveillée en entendant des insultes. Elle affiche qu’elle s’est alors munie d’un couteau pour se mutiler le bras. Thierry Vanderveck est monté dans sa chambre, l’a tirée par les cheveux et l’a empoignée par la gorge. Elle dit l’avoir frappé dans les testicules. « Quand il s’est relevé, il est revenu vers moi. Je ne savais pas m’échapper. J’ai donné un coup avec le couteau, mais je ne voulais pas le tuer. Je voulais juste lui faire peur », a indiqué l’accusée.

Confrontée à des éléments de la reconstitution, Chloé Stévenin explique que Thierry Vanderveck lui bloquait le passage. « Il m’a tiré par les cheveux et m’a dit qu’il allait me montrer ce qu’est la mort. Il a menacé de me tuer. Là, j’ai mis un coup de couteau. Je voulais me protéger en le blessant, pouvoir passer et partir. C’était lui ou moi », a précisé l’accusée.

Le procès se poursuivra mardi avec les auditions des témoins.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Herstal (prov. de Liège)Liège (prov. de Liège)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers liégeois