Assises de Liège: Vanderveck n’était pas uniquement perçu comme un homme violent

Assises de Liège: Vanderveck n’était pas uniquement perçu comme un homme violent

Les jurés ont pu entendre des témoins des faits ou des personnes qui ont évoqué la personnalité de la victime. Selon sa mère, Thierry Vanderveck était un homme gentil. Ce n’est que sous influence de l’alcool qu’il pouvait se montrer violent en paroles.

Thierry Vanderveck (41 ans) avait été tué d’un coup de couteau porté dans le cœur le 10 décembre 2017 à Herstal. Chloé Stévenin lui avait porté ce coup de couteau lors d’une dispute. Elle était âgée de 19 ans au moment des faits et elle avait entretenu une liaison avec Thierry Vanderveck, âgé de 41 ans.

La cour a été confrontée à des témoins qui ne se sont pas présentés ou à d’autres qui ont modifié leurs déclarations depuis les faits. Un voisin, qui avait affirmé avoir entendu le jour des faits les cris énervés d’une femme, a soudainement affirmé qu’il n’avait rien vu, ni entendu. Selon ce témoin, la famille de Chloé Stévenin était généralement agitée. « Ils boivent et se battent entre eux. Le beau-père de l’accusé proférait souvent des menaces », a précisé le voisin.

Le directeur de la prison de Lantin et des agents pénitentiaires ont rapporté que Chloé Stévenin avait fait des déclarations précises en avril 2018. Elle avait reconnu qu’elle avait commis le meurtre de Thierry Vanderveck, mais elle soutenait qu’elle avait commis ces faits à la demande de sa mère, qui lui aurait proposé une rente de 200 euros par mois durant 7 ans en dédommagement. Entendue lors de l’instruction, Chloé Stévenin n’avait pas contesté ces propos, mais elle a ensuite précisé avoir menti, sa déclaration ayant été réalisée lorsqu’elle était en état de détresse.

Entendue devant la cour, la mère de Thierry Vanderveck a décrit sa personnalité. Thierry Vanderveck n’a pas connu son père naturel durant sa jeunesse. C’est à l’âge de 7 ans qu’il a appris son identité, mais ce n’est qu’à 17 ans qu’il a souhaité faire sa connaissance. Sur le plan matériel, Thierry Vanderveck ne manquait de rien. Mais il était le souffre-douleur de son beau-père. « Il se faisait punir avant ses frères et sœurs, pour les protéger », a rapporté sa mère.

Durant sa scolarité, Thierry Vanderveck est devenu agressif face à ses instituteurs et il s’est fait renvoyer de son école. Il avait été placé dans un home pour enfants difficiles. Thierry Vanderveck, qui plaisait aux femmes, a eu plusieurs relations sentimentales et a eu des enfants avec plusieurs femmes. Il est le père de six enfants.

Sa mère a précisé qu’il était un garçon gentil, mais qui changeait beaucoup quand il était sous l’influence de la boisson. Il était alors violent en paroles. « Il était possessif. Quand il avait bu, il était violent et ne supportait pas qu’on le regarde de travers », a indiqué sa mère.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers liégeois